Nous savons qu’il est important de nous aimer, non? Mais que signifie vraiment s'aimer soi-même et prendre soin de soi? Pour certaines personnes, l'amour de soi signifie prendre un bain chaud ou se faire dorloter avec un massage ou une manucure. Pourtant, l'amour-propre insaisissable que nous recherchons nécessite quelque chose de plus profond que tout ce que nous pouvons "faire" pour nous-mêmes.

undefined

L'amour de soi signifie trouver la paix en soi-même - se reposer confortablement dans les profondeurs de notre être. Nous pourrions trouver un répit temporaire en faisant quelque chose pour nous nourrir. Mais une paix intérieure plus profonde nécessite de cultiver une certaine manière d'être avec nous-même - une attitude chaleureuse et nourricière envers ce que nous vivons à l'intérieur. Les suggestions qui suivent, parfois appelées "attitude focalisante", c’est simplement une façon d’être gentil, présent et attentif à l’égard de tout ce que nous vivons.
Gendlin a déclaré: "Les attitudes et les réponses au sentiment ressenti doivent être celles d’un thérapeute centré sur le patient" En d’autres termes, nous devons faire preuve d’empathie et de respect positif inconditionnel pour tout ce que nous vivons à l’intérieur.

Être doux avec soi-même
Il est souvent plus facile d’être gentil et doux avec les autres qu'avec soi-même. Des voix ou des jugements venant du passé ont peut-être laissé un résidu caché de honte toxique, qui nous empêche d’honorer - voire même de remarquer - ce que nous ressentons réellement. Être doux avec nous-même signifie être gentil et amical envers les sentiments qui naissent en nous. Il est très humain de se sentir triste, blessé et effrayé parfois. C’est un signe de force, et non de faiblesse, que de prendre conscience de ces sentiments et de leur laisser un espace convivial. Lorsque des individus remarquent des sentiments difficiles, on peux se demander: "est-ce correct de vivre avec ce sentiment maintenant? Puis-je en sortir d'une manière douce et attentionnée?" Une attitude de douceur envers nos sentiments est un moyen d’avoir plus d’espace autour d’eux. Nous pouvons "être avec" nos émotions plutôt que d’être submergé par elles.
La psychothérapeute Laury Rappaport a posé quelques questions sur nos sentiments dans son livre intitulé Art Therapy Art-Focusing:
Pouvez-vous être amical avec ce sentiment?
Pouvez-vous dire bonjour à cette émotion intérieure?
Imaginez-vous vous asseoir à côté d'elle... Pouvez-vous la garder comme une compagnie non vulnérable?
Cette manière douce d'être avec nous-mêmes est un antidote à la honte. Plutôt que de nous battre ou d'essayer de nous corriger ou de nous changer. Nous trouvons plus de paix intérieure simplement en étant avec notre expérience telle qu'elle se déroule.

Permettre à notre expérience d'être telle qu'elle est
Lorsque nous repoussons les sentiments, ils reviennent souvent rugissants. Ou alors, ils agissent de manière destructive pour nous-mêmes ou pour autrui, par exemple en buvant de l'alcool ou par d'autres moyens de nous engourdir ou fuir, ou en transférant notre douleur à autrui par rage ou blâmant ou blessant. S'aimer soi-même signifie expérimenter nos sentiments tels qu'ils sont. Souvent, nous essayons de repousser les expériences désagréables et de nous accrocher aux expériences agréables. Mais comme le suggère la philosophie bouddhiste, nous nous créons davantage de souffrance en nous accrochant à des choses agréables et en ayant une aversion pour les sentiments douloureux.
Un subtil sentiment de peur et de honte peut nous empêcher de laisser notre expérience vivre en nous. Par exemple, si nous ressentons (ou montrons) de la tristesse, de la douleur ou de l’anxiété, nous pourrions penser que nous sommes faibles. Ou peut-être avons-nous reçu des messages que vous ne pouvez pas ressentir et nous craignons que d’autres ne nous jugent.

Embrasser la sagesse du non-savoir
Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous pourrions remarquer que nous ne savons souvent pas clairement ce que nous ressentons. Nos sentiments sont souvent vagues et flous. Si nous pouvons nous permettre de faire une pause et de laisser de la place à l'ambiguïté et d'accueillir patiemment et d'explorer nos sentiments flous et vagues, ils deviendront progressivement plus clairs d'où le terme de "mise au point" avec Soi.
Par exemple, nous pourrions remarquer de la colère envers un partenaire, mais quelque chose de plus profond pourrait s'y cacher. Nous sommes conscients de la pointe de l’iceberg, mais pour voir ce qui se trouve en dessous, nous devons regarder de plus près.
Notre société valorise la connaissance et l'esprit de décision. Mais souvent, nous ne savons pas vraiment ce que nous vivons. Les politiciens qui n’expriment pas d’opinions fortes à propos de tout sont souvent perçus comme insipides. En fait, il faut de la force et de la sagesse pour dire: "je ne suis pas sûr de cela. Laisse moi y réfléchir."

Qualités et défauts: un bilan s'impose !
Le problème justement du manque de confiance en soi, c'est qu'il exacerbe les défauts et masque les qualités. Il est donc essentiel d'apprendre à remettre les premiers à leur place, en identifiant les seconds. Dans leur livre "S'ouvrir à son coeur d'enfant", Marie France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont proposent ainsi un exercice simple pour identifier ses qualités:
1- S'installer dans un endroit calme, sans téléphone, avec un papier et un crayon
2- Respirer calmement et profondément
3- Dès que vous êtes prêt, notez vos 20 qualités en moins de trois minutes
4- Une fois le temps écoulé, quel que soit le résultat, posez-vous quelques questions : avez-vous eu du mal ? Que ressentez-vous face à cette liste ? Reconnaître l'existence ces qualités vous met-il mal à l'aise ? Êtes-vous persuadé de posséder ces qualités ?
L'exercice est à recommencer jusqu'à ce que vous soyez convaincu de posséder ces qualités.

Respectez vos valeurs
Pour être soi-même, il faut peut-être apprendre à connaître et respecter ses valeurs. Et il faut autant que possible éviter de s'imposer des règles de conduite qui vont à leur encontre. Par exemple, si vous êtes profondément altruiste, vous vous épanouirez certainement plus dans un travail du secteur social qu'au sein d'un service commercial dans lequel vous devrez vous battre quotidiennement, contre les autres et contre vous-même. Car si l'on peut donner le change quelques mois voire quelques années, il est difficile d'aller indéfiniment contre sa nature. Alors faites le point sur vos valeurs profondes, qui ne doivent pas être "négociables". Cette base doit toujours vous servir de guide dans vos choix de vie.

Faire la paix avec le passé
Souvent, l'histoire familiale est un poids qui peut grandement limiter notre confiance en nous. Vous avez peut-être l'impression que vos parents ne vous ont pas forcément soutenu durant l'enfance, voire vous ont mis des bâtons dans les roues ? D'abord, dites-vous bien que chacun essaie de remplir son rôle du mieux qu'il le peut ! Ils n'ont jamais eu pour ambition de vous saper le moral ! Mais ils peuvent être dans un schéma de réparation, et vouloir réussir à travers vous par exemple, pour compenser leur propre vécu. Il peut y avoir les parents trop étouffants, avec lesquels il faudra couper le cordon.

Pour conclure
Les sentiments humains sont des cadeaux à recevoir. Mais nous devons trouver le moyen d’être avec eux pour qu’ils deviennent des alliés et non des ennemis. Des émotions telles que le chagrin nous permettent de libérer la douleur afin de pouvoir avancer dans nos vies. D'autres sensations peuvent être plus floues, comme une agression dans l'estomac ou une sensation d'oppression autour de la poitrine. En adoptant une attitude de douceur à son égard, nous pourrions commencer à comprendre en quoi cela se rapporte à quelque chose d’important - peut-être aussi de ne pas nous honorer nous-mêmes.

Sources: doctissimo - psychologytoday