Vous voulez vous sentir mieux dans votre vie? Ce n’est pas une question simple à résoudre en apparence. Mais vous connaissez probablement d'autres personnes capables de vivre chaque seconde de leur vie avec passion et détermination. Certains êtres semblent savoir comment se réaliser véritablement dans ce qu’ils font. Alain de Botton, un philosophe, explique que même s’il est plus facile que jamais de bien gagner sa vie, il est peut-être plus difficile que jamais de rester serein et de ne pas être anxieux dans notre société. Il dit que l'une des principales raisons à cela est que nous sommes entourés de snobs. Le snobisme n’existe pas seulement dans les grandes écoles, ou les entreprises. C’est un phénomène mondial. Il confère au snob, l'illusion de sa mission de vie, en s'ornant d'artifices et de faux-besoins rassurants, redorant ainsi son petit égo, et son aspect social qu'il donne à voir...

undefined

Qu'est-ce qu'un snob? Selon Alain de Botton, un snob est une personne qui prend une petite partie de vous et l'utilise pour compléter votre vision de qui vous êtes. Le snobisme au travail est le genre de snobisme dominant. Nous l’avons tous déjà rencontré. Mais aussi lorsque vous allez à une fête, en quelques minutes, on vous pose cette fameuse question emblématique du début du 21ème siècle: «Que faites-vous dans la vie?» Selon la façon dont vous répondez à cette question, les gens sont ravis d’être autour de vous ou ils regarderont leur montre et trouveront des excuses. La plupart des gens établissent une corrélation stricte entre le temps et le respect qu'ils sont prêts à vous accorder et votre position dans la hiérarchie sociale. Et malheureusement là avec ce snobisme, égocentré, on est très loin de la mission de vie... Il faut plaindre les snobs, car ils sont fondamentalement malheureux, et totalement à côté de la réalité de leur mission de vie..

Peut-être que dans l'imaginaire populaire, la mission de vie est mystérieuse et difficile. Nous rêvons de philosophes méditant sur les questions les plus profondes de l'univers, ou de sages qui changent le monde avec des actes de volonté héroïques. Devant cette idée il y a de quoi se sentir tout petit. Et bien cette idée est fausse ! Il n’est pas non plus étonnant qu’un si grand nombre d’entre nous s’inquiètent du fait que nos vies à plus petite échelle ne soient pas à la hauteur de leur signification.

En réalité nous avons raison de penser que la mission de vie est vraiment importante. Les personnes qui disent que leur vie est significative sont plus sympathiques, plus heureuses au travail, en meilleure santé, et moins susceptibles de souffrir de problèmes divers et variés. Mais nous avons vraiment tort d'imaginer à quel point il est difficile d’obtenir un sens à sa vie. Une nouvelle étude surprenante de Laura King, psychologue à l’Université du Missouri, montre que, loin de devoir se rendre chez un moine bouddhiste ou un vieux sage barbu ou de renoncer à ses préoccupations quotidiennes pour trouver un but, il suffit de reconnaître que votre vie est déjà beaucoup plus significative que ce que vous vous accordez à croire.

Comment trouver du sens?
Trouver du sens à sa vie est beaucoup plus facile que vous ne le pensez. Arrêtez de chercher et commencez à vivre. Lors d'une récente conférence, Laura King a prononcé un discours sur la science du sens. Dans cet exposé, elle explique qu'au lieu de devoir aller dans des situations extrêmes pour vivre une vie plus significative, il suffit de faire une pause et de reconnaître les nombreux moments qui vous donnent déjà du sens et des réalisations.

Les études, par exemple, montrent que le simple fait d'avoir plus de lien social - sortir avec des amis, faire du bénévolat, discuter avec les voisins - amènent les gens à sentir que leur vie a beaucoup plus de sens. Une expérience a montré que le simple fait de regarder des images d'arbres évoluant au fil des saisons renforce le sens du sens. Les humains, semble-t-il, trouvent un réconfort et un but dans les habitudes quotidiennes, comme les cycles de la nature ou nos routines et rituels quotidiens.
Vous n'avez pas non plus besoin de penser profondément pour connaître votre mission. "Il n'y a pas de littérature montrant que penser très fort au sens de la vie mène à plus de sens", rapporte King. "La recherche de sens est négativement liée à l'expérience du sens." En d'autre termes plus votre sens du travail est difficile et négatif, moins vous avez de chances d'en trouver.
En fait, découvrir sa mission de vie semble être un peu comme résoudre à un casse-tête chinois - plus vous luttez, moins vous avez de chances d’atteindre votre objectif. "Les gens n'ont pas besoin de savoir comment rendre leur vie significative. Ils ont besoin de savoir que leur vie l'est déjà", argumente Laura King.

Pour conclure
Nous vivons à une époque matérialiste et avec tous les besoins que les industriels créent, pour faire de l'argent en nous faisant croire que nous en avons besoin, nous devenons gourmands. Mais on ne le voit pas. Ce ne sont pas les biens matériels que nous voulons, c'est avoir une utilité et un sens dans la vie. La société a fait que nous avons associé certains avantages émotionnels à l’acquisition de biens matériels.
Si vous vous inquiétez souvent du sens de votre vie, de votre mission de vie, essayez de mettre ses notions en pratique. Plutôt que de vous soucier de trouver un but, en luttant, en voulant à tout prix comprendre, passez quelques jours à chercher les moments de signification qui existent déjà autour de vous. Le simple fait de les remarquer est tout ce dont vous avez besoin pour un sens beaucoup plus grand de l'existence. Apprécier ce qui a déjà été accompli, ce que vous avez surpassé, et ce que vous vivez, est la clé pour identifier sa mission de vie, et bien souvent avec le recul on se rend compte que c'est déjà fait !