Le BLOG by Clément
clément voyance blog

Nelson Mandela

undefined

La première génération à régresser

Ce rapport rendu par "The Health Foundation" est sans appel: les jeunes du nouveau millénaire (et un peu avant) auront davantage de problèmes de santé physique et mentale que leurs parents. Ces soucis s’ajoutent à ceux que l’ont connaît déjà, les salaires stagnent, et ils ne seront sûrement pas propriétaires (et pas par choix).

Pour la première fois, une génération aura une vie pire que celle de ses parents
Le rapport est issu d’une étude menée en Angleterre sur plus de 2 000 jeunes de 22 à 26 ans prenant compte de divers facteurs. Ainsi, les jeunes ont plus de chances de souffrir de cancer, de diabète et de problèmes cardiovasculaires que leurs parents. À cela, s’ajoutent les changements de comportements observés avec l’avènement des réseaux sociaux. En effet, cette génération est la plus solitaire qui n’est jamais été observée. Il faut aussi compter avec la pression qui est mise par la génération précédente, qui à tendance à généralement les prendre pour des paresseux.

undefined

Ce que contient le rapport
Le rapport commence donc en rappelant ces divers problèmes qui pèsent sur les épaules des jeunes. Il insiste notamment sur les conséquences de ce stress à long terme, de l’anxiété constante, du nombre de dépressions en augmentation et enfin de la qualité de vie générale qui se détériore. Mais quels sont les facteurs de tout ce stress?
Le rapport parle des nouvelles conditions de travail avec par exemple:
La multiplication des CDD, contrat zéro-heure ou à la mission (un employeur ne peux pas vous faire travailler si il n’a pas de travail à vous donner).
L’économie en accordéon (cela désigne le fait d’accumuler des petits boulots ça et là).
Contrairement aux idées reçues, ce type de travail ne fait que se développer. Trouver un bon emploi en tant que jeune adulte a toujours été un jeu de hasard. Mais de plus en plus, les règles ont changé: trop diplomés, les jeunes millénaires veulent tout de suite de hauts salaires, ils sont donc tout de suite disqualifiés. Pas diplomés ils sont perdants aussi, et par nécessité acceptent souvent de multiplier des postes totalement différents, ou alors, système social oblige, il permet de rester à la maison, car l'état couvre une partie des besoins primaires de l'existence. Le taux de chômage des jeunes a grimpé de 18% en 2010 et, au cours des cinq dernières années, les salaires réels ont diminué pour les jeunes - et seulement pour les jeunes.

Prise d'indépendance différée
Il en coûte beaucoup d'être un adulte. Cela signifie également que de quitter la maison de ses parents, louer un logement, acheter de la nourriture et des vêtements, acheter une voiture, se marier, avoir des enfants, acheter une maison - tout ce que toute vie de classe moyenne pourrait vous coûter, sera différé. Plus d’un millénaire sur cinq âgé de 18 à 34 ans a dit aux enquêteurs du "Pew Research Center" l’année dernière qu’il avait reporté par exemple la venue d'un enfant à cause de la mauvaise économie. La même proportion a déclaré qu'ils retardaient le mariage jusqu'à ce que l'économie se redresse. Plus du tiers des jeunes âgés de 25 à 29 ans sont revenus vivre chez leurs parents. Les millénaires ont été relégués à un état d'enfant permanent, repoussant l'âge adulte, ou étiquetés avec ce qui est le plus gros des défauts de caractère: l'impuissance.

Le rapport rappelle aussi l’étude du "King’s Collège de Londres" qui pointe du doigt les réseaux sociaux. Ces derniers rendraient les jeunes plus solitaires et de doubleraient les risques de maladies par rapport à une personne qui est davantage entourée. Le retour des personnes interrogées et le rapport présente également quelques statistiques intéressantes:
31 % des jeunes seulement disent avoir des relations amicales solides ou un réseau d’amis pour les soutenir
46 % disent avoir une base solide d’ordre financière ou bien un soutien de leurs familles
49 % disent recevoir du soutien émotionnel suffisant de leurs familles
80 % se sentent mis sous pression à cause des réseaux sociaux, notamment dans les comportements à adopter

Commentaires sur cette étude et ses chiffres
Joe Bibby fait partie des cadres supérieurs de "The Foundation Health" et affirme que les jeunes sont aujourd’hui confrontés à des pressions très différentes de celles des générations précédentes. Il a ensuite ajouté lors d’une interview au Times que même si la santé et la durée de vie des jeunes s’amélioraient, elles sont de toute façon érodées par la précarité des conditions de vie des jeunes citées précédemment.
Le professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’University College de Londres, Michael Marmot a également déclaré: "Je suis d’accord avec eux pour dire que nous pourrions être en train de stocker des problèmes pour l’avenir, en plus des problèmes de maladie mentale, de criminalité et autres."

Pour conclure
Néanmoins, la génération du millénaire compte-t-elle vraiment comme la génération la plus malchanceuse depuis la Seconde Guerre mondiale? Il est vrai que les salaires n’ont pas augmenté aussi lentement depuis des décennies et que la mondialisation et la technologie ont maintenu les salaires de millions de jeunes travailleurs à un niveau sans précédent. Mais à certains égards, les millénaires sont aussi les plus chanceux. D'une part, ils vivent à une époque d'abondance abordable. La nourriture n'a jamais été moins chère en tant que part du budget familial type. Le prix des vêtements est également en baisse par rapport aux salaires. L’Internet, bien que ne pouvant se substituer à un emploi rémunérateur, a rendu beaucoup moins onéreux que de gagner un revenu supplémentaire - la communication, notamment le partage privé d’informations et la collaboration professionnelle. Il a rendu le commerce de détail occasionnel moins cher (et plus pratique). Cela a également rendu les divertissements de masse moins chers, notamment la musique et les vidéos amateurs. Ces produits sont devenus moins chers, en partie, en remplaçant et en abaissant le coût du travail humain... En fait c'est un cercle vicieux, certaines choses sont moins chères parce que justement elles nécessitent moins de main d’œuvre, du coup moins d'emplois disponibles, moins de pouvoir d'achat, etc...

Être libre

undefined

Accueil ← Billets plus anciens