Le BLOG by Clément
clément voyance blog

Calmer son esprit

Bruits distrayants, difficultés sur le lieu de travail ou à l'université, délais, retards, problèmes familiaux... Il y a tellement de choses désagréables qui peuvent arriver chaque jour à chacun de nous. Parfois, nous nous trouvons tellement stressés et si peu de temps libre que nous ne trouvons même pas 30 minutes pour la relaxation et la méditation.
Heureusement, la méditation ne consiste pas simplement à rester assis dans un endroit calme et à écouter votre respiration. Vous aurez peut-être quelques minutes pour suivre certaines des méditations courtes tout en prenant une douche, en conduisant une voiture, en étant pris dans un embouteillage ou au travail pendant une pause. Voici dix techniques de méditation très différentes, afin que chacun puisse trouver la sienne, pour calmer l'esprit et le corps en éliminant la recherche du temps.

undefined

Se concentrer sur le souffle
C'est probablement le moyen le plus simple de calmer votre esprit. Vous devez simplement vous concentrer sur votre corps et prendre une profonde respiration, le maintenir pendant quelques secondes et laisser l'air sortir très lentement. Répétez ensuite le processus plusieurs fois jusqu'à ce que vous vous sentiez plus à l'aise. À première vue, cette technique est très simple et même triviale, mais elle est universelle et très efficace.

Techniques de respiration altérées
Vous pouvez modifier la technique de méditation précédente et trouver le meilleur moyen pour vous-même. Par exemple, vous pouvez essayer de respirer dans le ventre: placez votre main sur votre ventre et l'autre sur votre poitrine et portez toute votre attention sur chaque inspiration et chaque expiration. Imaginez que l'air expiré vous enlève tous vos problèmes et que vous inspirez avec chaque inhalation une énergie positive.

Observez
C'est aussi une technique très simple pour calmer votre corps, même dans un environnement de travail public. Il n'est pas nécessaire de regarder l'eau couler ou le coucher du soleil, comme certains le croient. Vous pouvez garder les yeux sur n'importe quel objet, même un processus très basique tel qu'un mouvement d'ascenseur ou des copies papier sortant d'une photocopieuse. Concentrez votre attention sur un processus pendant quelques minutes et essayez de ressentir le rythme.

Observez encore plus
Regardez autour de vous et trouvez des objets similaires autour de vous. Ils peuvent être similaires en couleur, taille, forme, vous choisissez le facteur commun. Cette technique de méditation est particulièrement utile pour ceux qui travaillent dans un espace ouvert. De tels bureaux sont généralement grands et bruyants, ce processus permet de se détendre dans cette atmosphère agitée, en essayant de trouver des choses similaires parmi tous les objets présents dans l'espace.

Se concentrer
Consacrez toute votre attention à une activité. Par exemple, vous pouvez gribouiller pendant un certain temps avant une réunion importante ou savourer l'odeur d'une tasse de café fraîchement préparée le matin. Vous pouvez également faire cet exercice pendant que vous nettoyez la maison, la vaisselle, vous brosser les dents ou toute autre tâche.

Répétez vos "mots magiques"
Ils ne doivent pas être "magiques" dans le sens même de ce mot, mais ils doivent avoir une signification pour vous. Cela peut être une devise, une phrase encourageante, une prière ou un mantra. Répétez l'opération jusqu'à ce que vous ressentiez les effets qui vous calment. Vous pouvez répéter le mot ou la phrase mentalement ou le parler, les deux sont efficaces.

Marcher
Cette activité quotidienne peut vous aider à vous libérer de votre stress ou de votre anxiété. La marche peut se faire n'importe où, à toute heure du matin ou du soir, au bureau ou dans un parc. Vous devez cependant vous concentrer sur chaque étape. Sentez comment vos pieds touchent le sol et faites de votre mieux pour sentir les muscles de votre corps que vous utilisez en marchant.

Ayez un esprit silencieux
Cela peut sembler trop simpliste, mais il est extrêmement difficile pour la plupart des gens de se calmer. Chaque jour, des millions de pensées différentes apparaissent dans votre esprit. Accordez-vous une pause et libérez votre esprit pendant quelques minutes. Il est préférable de s'asseoir et de fermer les yeux pour ne pas se laisser distraire par des objets ou des mouvements différents autour de vous.

Concentrez-vous sur votre corps
Prenez quelques minutes pour accorder une attention particulière aux processus de votre corps. Essayez de sentir comment vos poumons se remplissent d’air et élargissez votre poitrine. Comment votre diaphragme monte et descend à chaque respiration, comment votre coeur bat et pousse le sang à travers les vaisseaux. Plus vous vous sentez, moins vous penserez. Faciliter la recherche du silence intérieur et de la paix.

Écouter de la musique
Pour cet exercice, il est préférable de trouver une musique ou des sons de nature par exemple, relaxants qui puissent calmer votre corps et votre esprit (les méditations guidées marchent à merveille!). Une fois que vous trouvez ce qui vous "parle", écoutez-le plusieurs fois et ancrez ce sentiment de relaxation totale. Lorsque vous vous sentez mal à l'aise ou anxieux, vous pouvez simplement activer cette musique/son et revenir à ce calme en quelques minutes. Vous pouvez utiliser cette musique pour ancrer différents états émotionnels tels que la gaieté ou la détermination.

Pour conclure
Ce ne sont que dix des courtes méditations suggérées que vous pouvez utiliser pour détendre votre esprit et votre corps. Essayez de trouver celui qui vous convient le mieux, vous pouvez également les varier ou les combiner. N'oubliez pas qu'avec ces techniques, il n'est pas difficile ni long de calmer votre esprit.

Admettre ses erreurs

Pourquoi est-il si difficile pour certaines personnes d'admettre qu'elles se sont trompées? La rigidité psychologique n'est pas un signe de force en fin de compte. Nous faisons tous des erreurs, et nous le faisons avec régularité. Personne n'aime se tromper. C’est une expérience émotionnelle désagréable pour nous tous. La question est de savoir comment réagir quand il s'avère que nous avions tort. Certains d’entre nous admettent qu'ils avaient tort. D'autres ont en quelque sorte laissé entendre à demi-mot qu'ils s'étaient fourvoyés, et ne l'admettent pas de manière explicite ou satisfaisante pour l'autre personne. Mais certaines personnes refusent de reconnaitre qu’elles ont tort, même face à des preuves accablantes.

undefined

Les deux premiers types d'exemple sont probablement familiers à la plupart d'entre nous, car ce sont des réponses typiques à l'erreur. Nous acceptons la responsabilité entièrement ou partiellement (parfois, très, très partiellement), mais nous ne nous opposons pas aux faits.
Mais qu'en est-il lorsqu'une personne repousse les faits, lorsqu'elle ne peut tout simplement pas admettre qu'elle a eu tort en aucune circonstance? Qu'est-ce qui, dans leur constitution psychologique, les empêche d'admettre qu'ils se sont trompés? Et pourquoi cela se produit-il si souvent - pourquoi n'admettent-ils jamais qu'ils se sont trompés?

La réponse est liée à leur ego, leur vision du soi-même. Certaines personnes ont un moi si fragile, une estime de soi si faible, qu'admettre qu'ils ont commis une erreur ou qu'ils se sont trompés est fondamentalement trop menaçant pour leur ego. Accepter qu'ils avaient tort, absorber cette réalité, serait tellement bouleversant psychologiquement que leurs mécanismes de défense font quelque chose de remarquable pour éviter de le faire - ils déforment littéralement leur perception de la réalité pour la rendre moins menaçante. Leurs mécanismes de défense protègent leur ego fragile en changeant les faits mêmes dans leur esprit, de sorte qu'ils ne soient plus ni faux, ni coupables.

En conséquence, ils font des déclarations telles que: "J'ai vérifié le matin et il y avait assez de lait, donc quelqu'un doit l'avoir fini." Quand on leur fait remarquer que personne n'était à la maison après leur départ le matin, personne n'aurait pu le faire, ils redoublent et répètent: "Quelqu'un doit l'avoir vidé, car j'ai vérifié, et il y avait du lait", comme si un fantôme s'était faufilé dans la maison, a fini le lait et sans laisser de trace...

Dans un autre exemple, parfois dans des faits très graves, ils insisteront pour dire que leur identification erronée du voleur était correcte malgré des preuves ADN et des aveux d'une autre personne. Lorsqu'ils seront confrontés à cette vérité, ils continueront d'insister ou de faire pivoter leur mental pour attaquer quiconque tenterait de faire valoir le contraire et dénigrer les sources d'informations contradictoires (par exemple, "Ces laboratoires commettent constamment des erreurs, et d'ailleurs. Vous ne pouvez vous fier à aucun aveu d'un autre criminel! Et pourquoi êtes-vous toujours leur côté? ").

Les personnes qui présentent ce type de comportement à plusieurs reprises sont, par définition, psychologiquement fragiles. Cependant, cette évaluation est souvent difficile à accepter pour les gens, car pour le monde extérieur, ils ont l’air de se tenir avec confiance et de ne pas céder, ce que nous associons à la force. Mais la rigidité psychologique n'est pas un signe de force, c'est un signe de faiblesse. Ces personnes ne choisissent pas de rester sur leurs positions; ils sont obligés de le faire afin de protéger leur ego fragile. Admettre qu'on a tort, c'est désagréable, c'est blessant pour tout ego. Il faut une certaine force émotionnelle et du courage pour faire face à cette réalité et reconnaître nos erreurs. La plupart d'entre nous boudent un peu quand nous devons admettre que nous avons tort, mais nous nous en remettons.

Pour conclure
Quand les gens sont par constitution psychologique incapables d'admettre qu'ils ont tort, quand ils ne peuvent pas tolérer la notion même qu'ils sont capables d'erreurs, c'est parce qu'ils souffrent d'un ego si fragile qu'ils ne peuvent pas s'en remettre. Leur perception même de la réalité est faussée et contestent des faits même évidents pour défendre leur droit de ne pas se tromper.
La façon dont nous répondons à de telles personnes dépend de nous. La seule erreur que nous ne devrions pas commettre est de considérer leur refus persistant et rigide d’admettre qu’ils ont tort, comme un signe de force ou de conviction, car c’est le contraire absolu - faiblesse et fragilité psychologiques.

Faire de 2019 son année d'évolution

Les amours que nous avons perdus en 2018, les personnes que nous avons laissées derrière nous, les paroles blessantes, les silences impénétrables, les actions que nous voulions entreprendre, ce que nous n'avons pas osé faire - il est temps d'oublier tout cela et d’adhérer à 2019. Le nouveau, le possible, l’avenir. Une nouvelle année s'ouvre à nous, un monde s'ouvre à nouveau devant nous, vaste, libre, rempli de nouveaux possibles. Apportez une nouvelle énergie ravivée pour cette nouvelle année.

L'intention de l'amour
Prenez l'habitude d'arroser avec amour que vous vous donnez et que vous donnez aux autres. Partagez avec une intention de guérir, pas de blesser. Une intention de réparer, pas de casser. Une intention de laisser une empreinte de bien partout où vous décidez de placer votre coeur.
Lorsque vous décidez d'aimer, vous plantez une graine qui ne germe que de ce que vous arrosez. Rappelez-vous de ne pas laisser votre ego le nourrir quand votre courage est épuisé. Ne nourrissez pas son amertume quand vous êtes à court de bonheur. Donnez-lui le contraire de tout ce que vous ressentez le plus. Aimer avec intention signifie aimer sans retenue.

undefined

Donnez plus que ce que vous êtes habitué à recevoir
Donnez et vous recevrez, qu’il s’agisse d’un soutien émotionnel, d’un acte de charité ou de vous tenir aux côtés de quelqu'un lorsque le chaos règne. La façon dont vous choisissez de vous donner est la façon dont le monde qui vous entoure se prêtera gentiment à vous.
La société est un système de dons, et les bénédictions nous reviennent lorsque nous donnons sans espérer la promesse de récupérer quelque en retour, lorsque nous avons choisi de donner. Les endroits et les moments où nous investissons notre temps ou notre argent, sont ceux où nos cœurs demeurent et où ils se nourrissent eux-mêmes. La prochaine fois que vous vous retrouvez à dépenser de l'argent ou du temps, demandez-vous: "Est-ce que c'est ce que je veux être? Est ce que je le fait pour l'image que je renvoie?". Ce sont des moments où nous construisons inconsciemment notre personne.

Nourrissez votre âme pour aider les autres
Lorsque nous avons faim ou soif, notre corps veille à ce que nous le sachions. Quand nous avons mal, pourquoi notre corps se tait-il parfois? Lorsque nous nous sentons seuls, notre âme ne peut que réclamer de l'aide de l'intérieur. Nourrissez votre âme en passant du temps avec elle, la nature et vous-même.
Vous pensez peut-être qu'avoir un lien avec son âme nécessite un effort maximum, mais la vérité est qu'elle donne vie en chacun de nous depuis toujours. Nous sommes notre âme, dans le sens où elle nous donne la capacité d'exploiter nos dons pour qu'ils deviennent notre objectif. Elle ne peut travailler qu'en nous si nous commençons à le faire nous-mêmes en premier. La nourriture d'une seule âme peut alimenter mille feux dans les âmes de ceux qui se sont perdus. Il faut une personne qui travaille activement à l’amélioration de son cœur pour s’approcher de quelqu'un qui est en train de se briser. Soyez ce quelqu'un. Faites confiance totale à votre auxiliaire intérieur, votre âme, elle sait...

Marchez, ne courez pas
Quand avez-vous pris le temps de profiter de quelque chose dans l’instant? Faire mille petites choses tout au long de la journée vous fatigue. Au lieu de cela, investissez dans le temps nécessaire pour effectuer 2 à 3 tâches par jour. Faites-les bien et admirez votre travail après. Voyez combien vous chérissez le temps qu'il a fallu pour l'accomplir. Utilisez la patience dans toutes les situations de la vie cette année. Adaptez-vous à la patience et cela deviendra bientôt une vertu durable. Une vertu ne vous est pas nécessairement donnée à la naissance - elle peut être modelée de manière habituelle sur ce que nous voulons être pour nous-mêmes.
Il faut du temps et parfois beaucoup de temps pour façonner qui nous devons être. Même lorsque nous pensons avoir été suffisamment patients, attendre plus longtemps est le meilleur conseil. Jusqu'à ce que vous sachiez que vous êtes prêt à courir, il est préférable de vous retenir que de sauter sans savoir où vous pourriez atterrir. Cependant, lorsque vous marchez par la foi et non par la vue, le chemin devient beaucoup plus clair. Prenez le chemin de la patience et ne manquez jamais de croire que le plan est déjà présenté devant vous. Faites confiance en votre auxiliaire intérieur...

Choisissez judicieusement vos moments présents
Notre passé semble contenir l'essentiel de ce que nous nous reprochons, ou d'avoir à rendre des comptes, des regrets. Plus il est sombre, plus il traîne et s'éternise car nous le cultivons. En plus d'être ouvert à ces blessures au lieu de les soigner. Asseyez-vous, regardez votre passé et comprenez-le au point d'en accepter tous les détails. Même s’il peut être décourageant de regarder la trahison, l’égoïsme et les choix que nous voudrions ne pas avoir faits, la beauté vient de ce que chaque revers comporte. Chaque étape est une leçon. Demandez-vous "qu'est ce que j'ai appris?"
Vous avez peut-être passé tellement de temps à vous soucier des erreurs qu’aucune croissance n’a germé de leur véritable cause - la leçon que la vie voulait vous enseigner. Une fois qu'un évènement est compris, recommencez avec le suivant. Il n'y a aucune honte à recommencer chaque jour de l'année jusqu'à ce que vous obteniez les résultats escomptés. Cette fois, choisissez judicieusement vos décisions dans le moment présent, car elles associent à la fois votre passé et votre vie future. Notre moment présent laisse présager ce dont nous nous serons tenus responsables plus tard.

Vous êtes toujours pareil, mais avec de nouvelles capacités
Le terme "Nouvel An, Nouveau Moi" est souvent utilisé, mais il atterrit toujours au même endroit. Nos mauvaises habitudes et nos traumatismes nous couvrent la voie et le mental nous cache les vérités à nous-même et aux personnes que nous aimons le plus. Pourquoi? Bien que nous puissions choisir de recommencer chaque année, nous ne sommes pas parfaits. Nous ne pouvons pas non plus croire que nous sommes des être neufs à chaque année. Il peut y avoir un "nouveau" permanent, en se faisant confiance, en s'abandonnant totalement à son auxiliaire intérieur, notre âme.
Cette année, ne faites pas pression sur vous pour être nouveau, mais renouvelez vos capacités pour être meilleur. Développez des habitudes durables et de courte durée. C'est ce qu'il faut anticiper des 365 prochains jours: la capacité de croissance, la capacité de guérir, la capacité de pardonner. Cette nouvelle année est la même que vous, mais avec plus de fonctionnalités. Tirez parti du défi pour atteindre de nouveaux sommets en vous, car cette nouvelle année sera un test de vos limites.

La peur vecteur d'évolution spirituelle

Presque tout le monde craint instinctivement l'inconnu. Notre mémoire collective nous dit de faire attention à l'invisible, mais lorsque la peur de l'inconnu devient réactive et enracinée, nous nous transformons en fanatiques qui n'aiment pas les "autres" parce qu'ils sont différents. Nous devenons des zélés qui ne peuvent rien croire en dehors de nos idées établies car nos certitudes sont devenues l’antidote de notre peur primordiale de l’inconnu. Nous tombons des disciples, timides qui n’avons pas le courage de défier quoi que ce soit ni qui que ce soit, encore moins de penser par nous-mêmes, parce que la peur qui nous a amenés à faire preuve de prudence, s’est transformée en une peur terrible de se tenir debout, de se faire ridiculiser ou de se faire punir.

undefined

Un état de peur permanent a des conséquences spirituelles et sociales dévastatrices
Si nous ne comprenons pas le but authentique de la peur et comment elle peut devenir exagérée, elle aura un contrôle instinctif très puissant sur nos vies. L'instinct n'a pas de raison: il ne pense pas, ne prend pas le temps de penser ou ne veut pas penser. L'instinct réagit: c'est automatique, et la plupart des craintes proviennent de nous, de cette façon. Étant automatique chez la plupart des gens, beaucoup ne reconnaissent pas quand ils agissent par peur. Cela devient une partie d'eux, une connexion transparente à leur conscience qui est souvent méconnue. Savoir quand nous avons peur pour des raisons inappropriées est important, car si la peur n'est pas conçue comme une protection de survie appropriée, elle envahira le monde.

La peur est la bête sauvage qui inhibe le progrès physique et spirituel de milliards de personnes. Winston Churchill l'a reconnu lorsqu'il a déclaré: "La crainte elle-même est la seule chose à craindre." En effet, la crainte qui domine est une menace sérieuse pour nous tous.
La peur inconsciente se traduit par l'apathie d'un côté, et la violence de l'autre - relations rompues, bigoterie, intolérance, fanatisme, toxicomanie, cruauté, gouvernements fascistes, ignorance enracinée, corruption et oppression politique et sociale. Les maladies mentales, physiques et spirituelles sont souvent enracinées dans la peur et ses nombreux états associés.

Les états de peur invalidants sont appelés phobies. L'agoraphobie, la claustrophobie, l'androphobie, la chronophobie, l'érotophobie et mille autres peurs sont des états d'esprit irrationnels qui se produisent lorsque la peur est devenue incontrôlable. C'est une expérience terrible, bien sûr, mais aussi une opportunité spirituelle de croissance personnelle. Lorsque la peur devient paralysante, elle oblige les gens à y faire face, et à apprendre à vaincre leurs nombreuses autres peurs personnelles.

L'être spirituellement centré est l'antidote à toutes les formes de peur
La peur, l'inquiétude, l'anxiété et l'insécurité sont étroitement liées. Les sentiments d’insécurité, d’impuissance, de malheur et d’autres sentiments analogues s’expliquent par le fait qu’ils se sentent menacés ou se sentent susceptibles d’être blessés d’une manière ou d’une autre. Le Soi perçoit un risque de blessure et la peur autonome se pose pour se défendre. Mais nous avons rarement besoin d'être défendus ou sauvés par la peur. Lorsqu'une situation ne constitue pas une menace physique réelle, la peur sera probablement un obstacle psychologique et spirituel dans votre vie.

Une fois que vous comprenez que vous êtes une conscience immortelle qui ne meurt pas, que vous n'êtes pas votre corps, que rien ne peut vraiment vous blesser et qu'il n'y a pas de punition de la part d'un "Créateur vengeur", cette vérité commencera à vous libérer des peurs profondes. Au fur et à mesure que vous apprendrez à vous aimer, à aimer la vie et à aimer les autres, la peur sera de moins en moins envahissante. Une vérité absolue à retenir: "l’amour parfait et la confiance chassent la peur."

Pour conclure
Quand vous avez peur des choses de ce monde et de la vie; lorsque vous avez peur de perdre, de détruire, d’échouer ou d’être blessé; la réponse est de trouver le réconfort dans votre propre être. L'amour rend courageux! Connectez-vous aux sentiments d'amour et à la conscience divine dont vous êtes fait, c'est votre auxiliaire intérieur, il sait tout, il vous suffit juste de lui faire confiance. Lorsque vous ressentez cela au plus profond de vous-même, vous saurez que tout va bien. Cette énergie positive ouvre la voie à un changement dans votre vie, et à une force indomptable face à l'adversité temporelle.
Face à une forte confiance spirituel, la peur disparaît comme un brouillard s’évaporant sous le soleil du matin et les obstacles qu’elle provoque disparaissent également.
Lorsque vous avez une décision à prendre et que vous avez peur, tenez bon. Attendez. N’agissez pas selon votre peur. Connectez-vous à votre auxiliaire intérieur et prenez votre décision en conséquence.
En ressentant la confiance en vous-même, vous ne pouvez connaître que le courage et donc vaincre la peur. Vous tirerez vos forces dans les moments difficiles, personnels et du monde qui nous entourent aujourd'hui.

Le hasard n'existe pas

Tout ce qui se passe dans l'immensité de l'univers possède sa raison correspondante. Rien n'est laissé au hasard. Cependant, nous, humains, supposons souvent que les choses arrivent par hasard, que certaines rencontres et situations de notre vie sont nées du hasard, qu’il n’existe pas de cause correspondante pour certains événements de la vie. Mais il n'y a pas de hasard, au contraire, tout ce qui s'est passé, se passe et se passera dans la vie d'une personne a un sens réel et fondé, et en réalité rien n'est soumis à un "principe de chance" apparemment existant.

Qu'est ce que le hasard?
Le hasard contient en lui-même, le début et la fin de toute chose, c'est une loi, un ordre pré-établi. Son apparition a pour but de générer une action, donc on ne comprend pas la teneur sur l'instant, mais dont on pourra saisir la portée plus tard, si bien que souvent, même si le hasard nous a poussé vers une direction un moment donné, au final il nous a mené où nous en sommes maintenant. Nous cherchons à expliquer les choses de façon scientifique si bien que dans certains cas on y arrive, car il y a une réalité tangible a certains évènements, mais lorsqu'on y arrive pas, le principe de base du hasard qui est de nous mener, via une succession de logiques et de pré-établis, au point où nous en sommes, l'explication du hasard régit par une loi reste toujours valide.

undefined

Le hasard, seul principe de l'esprit tri-dimensionnel
Fondamentalement, le hasard est juste un principe en 3 dimensions apporté par notre esprit inférieur. Cet esprit est responsable de toutes les pensées négatives et nous pousse finalement à nous emprisonner dans une ignorance auto-imposée. Cette ignorance se réfère principalement à une méconnaissance supérieure qui pourrait en fait nous être transmise à son tour par notre esprit intuitif, une connaissance qui provient d'une loi immatérielle, génératrice de puissance, et est mise à notre disposition en permanence.
Ici bas, nous pensons à la construction du hasard dès qu’il se passe quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer nous-mêmes, par exemple une situation que nous ne comprenons pas, un événement dont nous ne pouvons toujours pas comprendre la raison et que nous considérons comme une coïncidence. Mais il est important de savoir qu’il n’y a pas de hasard. Toute la vie d’une personne, tout ce qui s’est passé a une raison, un fondement. C'est une loi universelle...

À cela s’ajoute le principe de cause à effet, qui stipule que tout effet a une cause correspondante et que chaque cause produit à son tour un effet. Il ne peut y avoir d'effet sans une cause correspondante et encore moins émerger à partir de rien. C'est une loi indélébile qui a affecté nos vies depuis le début de notre existence. Chaque événement a une raison et cette raison découle d'une cause. Dans la plupart des cas, vous êtes même la cause, de cette cause. Tout ce qui s’est passé dans la vie, la vie tout entière n’est due qu’à ses propres pensées. La conscience et la suite de pensées qui en résultent sont la plus haute autorité qui existe dans cette vie. On pourrait aussi parler de première instance, car toute action que l'on a commise dans la vie et que l'on commettra ne pourra être réalisée que sur la base des pensées de l'action correspondante.

La cause de tout effet, nos pensées!
Chaque cause produit un effet correspondant. Regardez votre vie entière, chaque décision que vous avez prise, chaque événement que vous avez décidé, tous les chemins que vous avez empruntés ont toujours résulté de vos pensées. Vous rencontrez un ami dans la rue, mais seulement à cause de l'idée de marcher, puis simplement parce que vous avez d'abord imaginé marcher, puis réalisé l'idée en commettant l'acte.
C'est la particularité de la vie, rien ne se produit par hasard, tout découle toujours de nos pensées. Tout ce que vous avez fait dans votre vie est toujours né de votre imagination mentale. Vous ou votre conscience avez toujours été la cause de ce qui vous est arrivé dans la vie. Vous avez décidé de mettre une pensée en action et vous seul êtes responsable des émotions que vous ressentez chaque jour.

Vous vous sentez mal, mais alors seulement parce que vous êtes vous-même une pensée, parce que vous avez animé un sentiment négatif. Mais vous pouvez toujours choisir vous-même si vous légitimez des pensées négatives ou positives dans votre esprit. On est toujours responsable de ce qu'on décide dans la vie et de quelle idée on traduit en action. En dehors de cela, la vie entière est déjà prédéterminée d'une certaine manière. Toutes les pensées que l'on pourrait ré-exprimer dans son propre esprit existent déjà, ancrées dans un pool d'informations intellectuel infini. Vous pouvez choisir quel train de pensées créer/capturer. Si vous pensez à quelque chose de complètement nouveau, alors que cette pensée existait déjà, la seule différence est que votre conscience n'était pas auparavant focalisée sur la même fréquence que la pensée.

Pour conclure
Vous pouvez également parler d'une pensée que vous n'avez pas remarquée auparavant. Cette circonstance conduit également au fait que nous pouvons prendre notre propre destin en main. Nous pouvons choisir nous-mêmes comment nous façonnons notre vie actuelle et ce que nous en faisons. Nous ne sommes que la source de notre propre bonheur et le scénario selon lequel nous réalisons que ce que nous choisissons est en définitive ce qui devrait arriver et rien d’autre.
Pour cette raison, il est très bénéfique pour nos propres vies de construire un spectre mental positif, car il est alors possible qu'une réalité positive puisse naître de ces pensées positives, une réalité dans laquelle on est conscient qu'il n'y a pas de hasard. Mais vous-même, vous êtes la raison de ce qui vous est arrivé. En ce sens, rester en bonne santé, être heureux et mener une vie de succès en harmonie avec la vie que vous vous projetez dans votre pensée.

Trouver sa mission de vie

Vous voulez vous sentir mieux dans votre vie? Ce n’est pas une question simple à résoudre en apparence. Mais vous connaissez probablement d'autres personnes capables de vivre chaque seconde de leur vie avec passion et détermination. Certains êtres semblent savoir comment se réaliser véritablement dans ce qu’ils font. Alain de Botton, un philosophe, explique que même s’il est plus facile que jamais de bien gagner sa vie, il est peut-être plus difficile que jamais de rester serein et de ne pas être anxieux dans notre société. Il dit que l'une des principales raisons à cela est que nous sommes entourés de snobs. Le snobisme n’existe pas seulement dans les grandes écoles, ou les entreprises. C’est un phénomène mondial. Il confère au snob, l'illusion de sa mission de vie, en s'ornant d'artifices et de faux-besoins rassurants, redorant ainsi son petit égo, et son aspect social qu'il donne à voir...

undefined

Qu'est-ce qu'un snob? Selon Alain de Botton, un snob est une personne qui prend une petite partie de vous et l'utilise pour compléter votre vision de qui vous êtes. Le snobisme au travail est le genre de snobisme dominant. Nous l’avons tous déjà rencontré. Mais aussi lorsque vous allez à une fête, en quelques minutes, on vous pose cette fameuse question emblématique du début du 21ème siècle: «Que faites-vous dans la vie?» Selon la façon dont vous répondez à cette question, les gens sont ravis d’être autour de vous ou ils regarderont leur montre et trouveront des excuses. La plupart des gens établissent une corrélation stricte entre le temps et le respect qu'ils sont prêts à vous accorder et votre position dans la hiérarchie sociale. Et malheureusement là avec ce snobisme, égocentré, on est très loin de la mission de vie... Il faut plaindre les snobs, car ils sont fondamentalement malheureux, et totalement à côté de la réalité de leur mission de vie..

Peut-être que dans l'imaginaire populaire, la mission de vie est mystérieuse et difficile. Nous rêvons de philosophes méditant sur les questions les plus profondes de l'univers, ou de sages qui changent le monde avec des actes de volonté héroïques. Devant cette idée il y a de quoi se sentir tout petit. Et bien cette idée est fausse ! Il n’est pas non plus étonnant qu’un si grand nombre d’entre nous s’inquiètent du fait que nos vies à plus petite échelle ne soient pas à la hauteur de leur signification.

En réalité nous avons raison de penser que la mission de vie est vraiment importante. Les personnes qui disent que leur vie est significative sont plus sympathiques, plus heureuses au travail, en meilleure santé, et moins susceptibles de souffrir de problèmes divers et variés. Mais nous avons vraiment tort d'imaginer à quel point il est difficile d’obtenir un sens à sa vie. Une nouvelle étude surprenante de Laura King, psychologue à l’Université du Missouri, montre que, loin de devoir se rendre chez un moine bouddhiste ou un vieux sage barbu ou de renoncer à ses préoccupations quotidiennes pour trouver un but, il suffit de reconnaître que votre vie est déjà beaucoup plus significative que ce que vous vous accordez à croire.

Comment trouver du sens?
Trouver du sens à sa vie est beaucoup plus facile que vous ne le pensez. Arrêtez de chercher et commencez à vivre. Lors d'une récente conférence, Laura King a prononcé un discours sur la science du sens. Dans cet exposé, elle explique qu'au lieu de devoir aller dans des situations extrêmes pour vivre une vie plus significative, il suffit de faire une pause et de reconnaître les nombreux moments qui vous donnent déjà du sens et des réalisations.

Les études, par exemple, montrent que le simple fait d'avoir plus de lien social - sortir avec des amis, faire du bénévolat, discuter avec les voisins - amènent les gens à sentir que leur vie a beaucoup plus de sens. Une expérience a montré que le simple fait de regarder des images d'arbres évoluant au fil des saisons renforce le sens du sens. Les humains, semble-t-il, trouvent un réconfort et un but dans les habitudes quotidiennes, comme les cycles de la nature ou nos routines et rituels quotidiens.
Vous n'avez pas non plus besoin de penser profondément pour connaître votre mission. "Il n'y a pas de littérature montrant que penser très fort au sens de la vie mène à plus de sens", rapporte King. "La recherche de sens est négativement liée à l'expérience du sens." En d'autre termes plus votre sens du travail est difficile et négatif, moins vous avez de chances d'en trouver.
En fait, découvrir sa mission de vie semble être un peu comme résoudre à un casse-tête chinois - plus vous luttez, moins vous avez de chances d’atteindre votre objectif. "Les gens n'ont pas besoin de savoir comment rendre leur vie significative. Ils ont besoin de savoir que leur vie l'est déjà", argumente Laura King.

Pour conclure
Nous vivons à une époque matérialiste et avec tous les besoins que les industriels créent, pour faire de l'argent en nous faisant croire que nous en avons besoin, nous devenons gourmands. Mais on ne le voit pas. Ce ne sont pas les biens matériels que nous voulons, c'est avoir une utilité et un sens dans la vie. La société a fait que nous avons associé certains avantages émotionnels à l’acquisition de biens matériels.
Si vous vous inquiétez souvent du sens de votre vie, de votre mission de vie, essayez de mettre ses notions en pratique. Plutôt que de vous soucier de trouver un but, en luttant, en voulant à tout prix comprendre, passez quelques jours à chercher les moments de signification qui existent déjà autour de vous. Le simple fait de les remarquer est tout ce dont vous avez besoin pour un sens beaucoup plus grand de l'existence. Apprécier ce qui a déjà été accompli, ce que vous avez surpassé, et ce que vous vivez, est la clé pour identifier sa mission de vie, et bien souvent avec le recul on se rend compte que c'est déjà fait !

Pourquoi ne se souvient-on pas de ses vies antérieures ?

Avez-vous déjà eu le sentiment d'avoir vécu auparavant? Avez-vous déjà eu cette impression après avoir visité un nouvel endroit? Avez-vous rencontré quelqu'un de nouveau dans votre vie, et senti que vous l'aviez connu(e) toute votre vie? Ce sont des indicateurs communs de réincarnation. Si vous êtes obsédé par un pays ou une culture particulière, ou même plus extrême, vous rêvez dans une autre langue, alors la réincarnation a laissé une marque indélébile dans votre conscience.

La réincarnation est le processus par lequel l'âme naît dans un corps physique, meurt et retourne à la forme spirituelle, pour renaître dans un nouveau corps. Le cycle se poursuit pendant des milliers d’années, l’âme acquérant progressivement la sagesse et l’expérience tout au long du voyage. Ainsi, la réincarnation est une voie qui permet à l'âme humaine d'évoluer continuellement.

undefined

Avec intention et application, les vies passées peuvent nous revenir en tête, avec des souvenirs apparaissant dans des états de rêve, des moments de déjà vécus, des rencontres avec des personnes que vous avez déjà connues, ou reconnecter avec des talents, intérêts et loisirs divers.

Ceci dit, il y a une raison fondamentale pour laquelle les vies antérieures ne sont pas une partie évidente de la mémoire consciente: l'âme nouvellement incarnée est une copie vierge de l'essence de l'âme elle-même. Cette réincarnation, pour reprendre un terme populaire, est un aspect plus pur de la vie en soit, car elle ne laisse pas de traces dans la mémoire physique mais plutôt une empreinte dans une veille conscience mémorisée au fond de soi. Ces souvenirs peuvent être ramenés à la surface de la conscience, mais certains resteront indisponibles. Cependant, les jeunes enfants conservent parfois des souvenirs de leur vie passée la plus récente, bien que ces restes plongent sous la surface de la conscience alors que la nouvelle vie prend le pas.

L'accès à ces souvenirs ayant tendance à être indirect, ils doivent généralement être déclenchés par quelque chose, comme le moment de déjà vu mentionné plus haut. Les régressions de la vie passée fonctionnent également comme un agent déclencheur, parfois les recherches en astrologie karmiques sont également une porte d'accès à ces mémoires.

Le déclenchement des informations concernant la vie passée peut être similaire à celui des papilles gustatives. En mangeant, certains aliments peuvent déclencher des réactions plus fortes que d'autres et peuvent également déclencher des associations avec des plats culinaires oubliés, révélant des couches plus profondes de souvenirs antérieurs. Cette analogie ne suggère pas que les vies passées sont oubliées, mais que les souvenirs déclenchés par l’association peuvent entraîner, par exemple, le rappel d’un repas favori - ou, dans le cas d’une vie antérieure, la reconnaissance d’une personne significative passé.

Est-ce que l'âme a une conscience centrale indépendante de la personnalité, des mémoires traumatiques, de la vocation professionnelle, des intérêts et des loisirs?

L'idée d'une conscience de base est valide. L'énergie vibratoire de toute étincelle de vie a tendance à attirer des expériences au fil du temps qui définissent son être fondamental. Certaines expériences de vie sont mises de côté en faveur d'autres et, à un moment donné, l’étincelle devient un aimant pour les types d’expérience qu’elle préfère réaliser. Si ces expériences ne sont pas naturellement proposées par la vie à l'âme, elles les rechercheront délibérément.
Cela crée une conscience qui se concentre sur un ensemble d'expériences qui correspondent aux intentions et aux idéaux souhaités. Prendre conscience de la conscience de base est aussi simple que de suivre les impulsions naturelles qui remontent régulièrement à la surface pendant une journée. Ils se feront connaître et se remarquent généralement si l’on est attentif et suffisamment conscient de soi.

Ainsi on ne se souvient que rarement de nos vies antérieures, car la mémoire karmique enferme en elle, des traumatismes, des impossibilités, des leçons à valider, des épreuves à comprendre, une évolution personnelle à atteindre... Ceci permet d'avancer parfois légèrement, parfois plus durement, à travers la vie actuelle pour comprendre dans la conscience présente, les leçons de vie...

Accueil ← Billets plus anciens