Le BLOG by Clément
clément voyance blog

Je ne veux pas avoir d'enfant

C'est le genre de déclaration qui provoque une totale incrédulité. Bien souvent, il est commun dans ces cas là, par certaines personnes en société, de mettre fin à la conversation, laissant derrière elles des visages confus et des mâchoires tombantes. Surtout si ce discours vient d'une femme. Ou alors on finit par avoir une réponse du type: "vous finirez par changer d'avis". Certains décident de ne pas avoir d'enfant par choix et malgré la confiance dans leur décision, les concernés sont constamment minés par l'incapacité de la société à séparer les femmes, les couples, de la procréation et donc de la maternité. Les hommes aussi dans leur rôle de père, mais sociétalement c'est moins "choquant"... Peut être parce que la société est habituée au fait que les pères historiquement s'investissent moins dans l'éducation des enfants, ou démissionnent plus facilement de leur rôle... Simple théorie...

Une étude statistique indique que dans le courant de la prochaine décennie, le nombre de couples sans enfants dépassera le nombre de couples avec enfants. Cela signifie que davantage de femmes, d'hommes et de couples choisissent de ne pas avoir d'enfants. Selon certains, ces personnes sont souvent qualifiées à tort d'égoïstes, de superficiels et d'immatures.

Pourquoi des femmes ou des hommes choisissent de ne pas avoir d'enfants
Le Dr Krupka définit cela comme un individu qui décide consciemment qu'il ne veut pas avoir ses propres enfants. "Cela ne signifie pas qu'il ne veut pas être coparental, ou belle-mère (beau-père), ou aider ses amis avec leurs enfants ou être tante ou oncle, marraine ou parrain, mais cette personne a pris une décision consciente qui n'est pas basée sur l'infertilité ou le hasard ou des circonstances indépendantes de sa volonté."
Et plutôt que d'être une simple question du coût d'avoir un enfant, de ruiner son corps par la grossesse, ou le fait que d'éduquer des enfants peut être un travail difficile, le Dr Krupka explique que les femmes et les hommes refusent aujourd'hui les normes ridicules concernant la maternité, et il y a notamment une critique sociale intense des femmes (ou couples) déjà parents.

La recherche montre que les raisons pour lesquelles des personnes choisissent de ne pas avoir d'enfants sont multiples et complexes. La surpopulation et le changement climatique, le manque d'instinct maternel/paternel, les problèmes de santé, ou le désir d'indépendance et de liberté ne sont que quelques exemples. "Il y a cette supposition que vous êtes égoïste parce que vous avez choisi de ne pas avoir d'enfants", explique Tory Shepherd, qui a publié un livre sur sa décision de rester sans enfants. "Et il y a peut être quelque chose comme ça dans ce que la société en pense, parce que si vous avez des enfants, vous devez tout leur donner. Mais alors, si vous avez un enfant juste pour qu'il s'occupe de vous quand vous serez plus vieux, c'est assez égoïste aussi..."

undefined

N'ayez pas peur de choisir une vie sans enfant si c'est ce que vous voulez
Donc, vous ne voulez pas d'enfants. Vous n'êtes ni le (la) premier(e) ni le dernier(e) à ressentir cela. Choisir une vie sans enfants. C'est un choix comme un autre. Et cela va parfaitement.
Vous êtes quelqu'un qui ne veut pas d'enfants, mais en même temps, vous avez peur de regretter votre décision à l'avenir. Si tel est le cas, vous n'êtes pas seul et vous n'êtes pas fou de ressentir cela. Toutes les personnes qui ont décidé de ne pas avoir d'enfants se sont finalement demandé la même chose. Voici les plus importantes questions que la plupart des personnes qui ne veulent pas avoir d'enfants se posent.

Craindre un regret futur
Cette peur pour quelque chose qui vous semble juste présentement est un signe que vous ne vous faites pas confiance. Cela peut paraître idiot, mais quand on y pense, c'est plus que vrai. Vous inquiéter de ce que vous ressentirez dans quelques années signifie que vous ne croyez pas en vous aujourd'hui. Lorsque vous vous demandez si votre décision actuelle concernant une expérience future est juste, vous refusez essentiellement d'écouter votre voix intérieure. Et votre voix intérieure a toujours raison.

La pression de la société
Le regret est quelque chose de très constant dans nos vies. C'est une émotion négative qui nous empêche de prendre une décision ou, dans certains cas, apparaît de nulle part et nous fait changer d'avis à ce moment précis. C'est un sentiment qui nous a toujours rendus coupables de certaines choses. Mais ce qui est important à comprendre, c'est que ce sentiment ne vient pas toujours de nous. Dans la plupart des cas, c'est un sentiment qui est déclenché par les attentes et les pressions de la société.

Ne pas s'autoriser à comprendre le bonheur
Beaucoup de femmes (hommes) qui ont décidé de ne pas avoir d'enfants prennent cette notion très au sérieux. Surtout basé sur la croyance qu'il n'y a pas d'autre moyen de trouver le bonheur que de le faire naître un enfant. Et bien, en fait, le bonheur ne fonctionne pas de cette façon, ce serait trop simpliste. Le bonheur existe, mais seulement en nous-mêmes. Vous pouvez donner naissance à 10 enfants, mais si vous n'êtes pas satisfait de vous-même en premier lieu et que vous ne savez pas où vous en êtes dans la vie, vous ne comprendrez toujours pas le bonheur.

Ne pas laisser votre peur d'un regret futur vous garder en otage
N'adoptez pas un point de vue étroit. Votre mental comprend pas ce que signifie vraiment être humain. Quelles sont vos options dans la vie. Il n'est vraiment pas juste de dire que les personnes qui n'ont pas d'enfants ont un grand vide dans leur vie. Ce n'est pas vrai. Vous pouvez avoir beaucoup de passions, et beaucoup de relations avec des gens sans avoir d'enfants. Vous avez un million d'occasions de trouver la bonne voie pour vous, de vous réaliser, et qui n'a rien à voir avec la parentalité. Au lieu de nous inquiéter de savoir si vous avez fait le bon choix, vous devez vous concentrer sur la façon de tirer le meilleur parti de vos choix.

Ne pas craindre votre propre évolution
Le regret futur de ne pas avoir d'enfants est en d'autres termes, sous-estimer l'expérience et la sagesse de votre moi plus âgé. Comme je l’ai dit précédemment, c’est choisir de ne pas se faire confiance. C'est vrai, la sagesse ne vient pas toujours avec l'âge, mais dans la plupart des cas, c'est le cas. Ce qui ne nous amène qu'à cette conclusion.... La peur des regrets futurs indique que vous doutez, que vous serez assez fort et sage pour faire face aux défis de la vie.

Pour conclure
En fin de compte, le questionnement est inévitable, mais c'est un rappel que nous sommes en effet des êtres humains très émotionnels. Il ne sert à rien de s'inquiéter de toujours faire le bon choix. La meilleure chose que vous puissiez faire est d'assumer la responsabilité de vos actions et de tirer le meilleur parti de nos choix.
Et puis à l'inverse ne vous trompez pas non plus! Un enfant ne vient pas au monde pour réaliser vos rêves. Il n'est pas né pour être ce que vous n'avez pas pu être... Il est né pour être lui-même. Laissez-le s'envoler et rêver pour qu'il puisse être heureux d'être lui-même.

Améliorer la flexibilité cognitive

Adapter, innover, se ré-inventer. Ces traits sont souvent associés à de grands leaders, entrepreneurs et inventeurs. Il existe cependant un fil conducteur qui les relie tous, et c'est ce qu'on appelle la flexibilité cognitive, et c'est dans la nature ce qui permet à un organisme, ou un animal de s'adapter avec une très grande facilité à un nouvel environnement, un nouveau contexte. Malgré cette similitude, il existe une différence majeure. Une plus grande proportion de ces individus, ou organismes, semblent avoir une abondance de flexibilité cognitive par rapport aux autres, ce qui leur permet de survivre dans de nouvelles conditions.
Avant d'explorer ce que nous pouvons faire à ce sujet, expliquons ce qu'est la flexibilité cognitive, décrire comment d'autres espèces démontrent ce comportement et pourquoi présenter ce comportement est avantageux en terme d'évolution et dans la vie. D'une manière générale, la flexibilité cognitive consiste à se déplacer entre différentes tâches simultanément, à appliquer des concepts d'un contexte à la résolution d'un problème dans une autre situation non liée ou nouvelle. Il s'agit également d'évaluer des stratégies et de générer de nouvelles solutions. Cette capacité est généralement considérée comme faisant partie de la fonction exécutive du cerveau.

Comment savons-nous que d'autres espèces ont cette capacité et le démontrent à un degré plus élevé?
Nous pouvons nous tourner vers une étude récente de Watzek (2019). Ils ont conçu un projet simple, mais élégant, conçu pour comparer les niveaux de complaisance cognitive (paresse) des singes capucins et des singes rhésus avec ceux des humains. Tous les participants ont appris une séquence d'étapes qui ont mené à une récompense. Après avoir appris cette séquence, une stratégie alternative et nettement plus efficace leur a été présentée. Immédiatement, 70% des primates non humains (des deux espèces) ont choisi la nouvelle approche, contre seulement 1 seul humain, soit un maigre 1,7%.
Finalement, nous, les humains, avons compris, non? Non. Au lieu de rattraper nos cousins ​​primates, où 100% des individus ont intégré la nouvelle tactique plus ingénieuse, 61% des humains n'ont jamais utilisé le raccourci. Pas même après avoir vu un autre humain le faire dans une vidéo! Qu'est-ce que ça veut dire? Cela signifie que la plupart des humains sont assez mauvais pour prendre des décisions optimales. Il semble qu'une fois que nous apprenons quelque chose dans un sens, nous nous y tenons même s'il existe une approche plus rapide, meilleure et plus efficace. Pire encore, nous sommes très résistants au changement, refusant d’adopter des innovations qui vont à l’encontre de nos connaissances existantes. Bref, nous sommes incroyablement biaisés, et nous n'apprenons pas des leçon de l'existence.

undefined

Vous vous demandez peut-être quel est le problème?
Une plus grande flexibilité cognitive confère un ensemble important d'avantages, notamment la possibilité d'acquérir et d'intégrer rapidement de nouvelles informations, de résoudre les problèmes de manière plus créative, d'ajuster rapidement les réponses aux conditions changeantes et d'inhiber le comportement automatique. Tous ces avantages permettent à ces personnes (grands leaders, entrepreneurs et inventeurs...) de surpasser les autres dans diverses circonstances (sociales, universitaires, politiques, commerciales, etc...)
Si la flexibilité cognitive est précieuse et que la majorité d'entre nous ne réussit pas dans le contexte de l'adaptabilité, pouvons-nous y faire quelque chose? Heureusement, oui, nous ne sommes pas liés par notre rigidité et notre biais, même si la trajectoire de développement est quelque peu solidifiée par la fin de l'enfance ou le début de l'adolescence. Comment le savons nous? Certaines de ces informations viennent de rats. Les rats sont vraiment spectaculaires, qu'il s'agisse d'une énorme capacité d'empathie, d'amitié ou d'équité, il ne semble pas y avoir de fin aux leçons que nous pouvons apprendre des rats - y compris comment augmenter et renforcer la base neurale pour la flexibilité cognitive.
Dans une étude fascinante, Crawford(2019) on a appris aux rats à conduire de petites voitures et les rats, à leur tour, ont beaucoup appris aux scientifiques. Tout d'abord, l'apprentissage d'une nouvelle compétence peut être stressant. Deuxièmement, une fois que les rats ont appris les bases, ils ont accepté plus de défis, pas moins. Troisièmement, après que les rats ont maîtrisé la tâche, leur niveau de stress a baissé. Quatrièmement, ces rats qui avaient un environnement plus riche avec un ensemble diversifié de jouets et d'opportunités apprenaient plus vite et étaient de meilleurs conducteurs. Et enfin, être passager est tout aussi stressant pour les rats que pour les gens!
Ce que cette étude et d'autres font nous démontre des idées clés sur la façon d'améliorer notre flexibilité cognitive, ce qui nous rend finalement plus résilients, créatifs et confiants.

Faites quelque chose que vous savez faire, mais faites-le différemment (et souvent)
Si nous pensons aux rats qui conduisent leur voiture, nous pouvons facilement voir comment nous pouvons appliquer cela à nos propres habitudes de conduite. Êtes-vous déjà rentré du travail ou êtes arrivé là-bas sans vous souvenir comment vous y êtes arrivé? Avez-vous eu besoin de faire une course qui vous aurait éloigné de votre chemin et aurait fini à la maison?
Nous avons tous des routines et elles nous apportent un sentiment de prévisibilité et même de confort. Cependant, les routines peuvent devenir des ornières, diminuant nos capacités cognitives. Pour éviter cela, vous devez secouer les neurones. Pour la conduite, cela peut signifier rentrer chez soi d'une manière différente. Cependant, cela pourrait facilement être autre chose, comme essayer de nouveaux aliments, changer l'heure de la journée où vous vous entraînez, même assis sur une nouvelle chaise. Cela ne doit pas être spectaculairement différent, juste différent.

Poursuivez de nouveaux défis et expériences
Si les rats peuvent apprendre à conduire, nous, les humains, pouvons certainement apprendre à faire quelque chose de nouveau. Comme les rats, c'est encore mieux si vous combinez l'apprentissage mental et physique. Par exemple, la danse, les arts martiaux, la boxe et la peinture mettent tout votre corps et votre esprit au défi de travailler ensemble pour apprendre une nouvelle compétence. Vous pouvez également apprendre une nouvelle langue, changer d'emploi ou voyager dans un nouvel endroit. Encore une fois, il n'a pas besoin d'être grandiose et vous pouvez combiner facilement, en découvrant une partie de votre ville avec laquelle vous n'êtes pas aussi familier et manger dans un nouveau restaurant. Soyez créatif.

Rencontrez de nouvelles personnes
Un autre comportement où nous convergeons avec d'autres espèces est que nous avons tendance à aimer les gens qui nous ressemblent davantage, les oiseaux d'une couleur de plume par exemple. Cependant, la recherche est claire. Plus vous vous exposez à différentes personnes et à leurs opinions, cultures et idées, non seulement votre flexibilité cognitive s'améliore, mais aussi votre boussole morale sur le bien et le mal. En effet, les espèces qui présentent moins de biais cognitifs, ont également une capacité beaucoup plus forte de raisonnement moral et d'équité. Un exemple, encore une fois chez les rats, est que les rats ont tendance à voir tous les autres rats comme plus similaires à eux-mêmes, tandis que nous, les humains, tenons fermement à nos tendances de groupe. La solution? Parlez à de nouvelles personnes, échangez des idées et des informations, ou aidez simplement d'autres personnes en faisant du bénévolat.

Pour conclure
À la fin de la journée, saupoudrer votre vie de quelques activités conçues pour vous mettre au défi et vous sortir de votre zone de confort améliorera votre capacité d'adaptation, diminuera votre anxiété et votre stress et élargira votre perspective. Alors allez-y et soyez à l'aise d'être mal à l'aise. Qui sait ce que vous découvrirez...
Ce qui est évident, c'est que le contexte actuel va nous demander de nous adapter, de voir les choses sous un angle différent, de faire différemment, consommer autrement, revoir nos priorités de survie... Et ces études démontrent que l'être humain n'est clairement pas le plus doué pour cela, et on voit bien dans les derniers temps les exemples de rigidités mentales adoptées par la société, dans certaines professions etc... "On n'a jamais fait comme ça", "on peut pas faire autrement" et j'en passe d'autres qu'on a entendu... Bref, si nous restons aussi rigides que cela mentalement, dans notre société, c'est carrément notre civilisation, notre race humaine qui est en péril... Les organismes (animaux, bactéries, virus...) sont habitués à survivre par la sélection naturelle générée du fait même de l'existence, depuis la nuit des temps... Car dites-vous bien que la nature a toujours le dernier mot...

Les clés d'une vie menée en accord avec Soi

Il n'y a pas de "grand secret" sur la façon de vivre votre vie. Chaque vie a sa propre histoire et elles sont toutes différentes et uniques. Nous n'avons pas besoin d'une vie entière pour apprendre ce qu'il y a de plus important! Mais malheureusement, nous oublions de vivre chaque jour au maximum. Nous nous retenons de manger ce cookie parce que nous avons pris un peu de poids. Nous nous jugeons pour avoir pris une décision alors que, en fait, nous n’avons que cette vie et cette chance de vivre heureux. En écrivant ceci, j'arrive à la conclusion qu'en fait, j'ai aussi oublié certaines des leçons de vie les plus simples et pourtant si complexes. En voici donc les plus essentielles, et j'espère que vous serez prêt(e) à les intégrer à votre vie.

Ici et maintenant
C'est tellement bateau et répété partout, je sais, mais c'est la première clé, elle est d'une évidence flagrante, mais dans notre société, c'est la plus difficile à mettre en place, réellement, vraiment! Le moment présent, alors soyez présent à 100% dans le moment que vous vivez. Nous nous asseyons souvent dans un café, buvons du café avec nos amis, quand soudain, nous nous éteignons. Notre esprit commence à voyager dans les soucis d'hier, dans ce que demain apportera, et nous commençons à perdre le "maintenant", nous oublions que le café se refroidit et que la conversation s'éloigne. Écouter nos amis quand ils parlent, répondre et être dans la conversation.
Y a-t-il quelque chose que nous pouvons faire pour changer le passé? Non. Peut-on savoir avec certitude ce que l'avenir nous réserve? Non. Ce que nous pouvons faire, c'est être présent dans le présent, car c'est ici et maintenant que vous élaborez votre futur. Si vous n'êtes pas vraiment "bien" dans le présent en étant totalement objectif de ce que vous vivez, ce que vous entendez, comprenez, analysez... Comment voulez-vous vous construire un avenir, basé sur l'absence dans le présent tout en espérant que comme par magie tout aille mieux demain? Ne fuyez pas le présent, mais saisissez bien le moment présent!

undefined

Un cœur heureux est le résultat d'un cœur reconnaissant
À quand remonte la dernière fois où vous avez pris un moment pour être reconnaissant de quoi que ce soit? Nous avons tous ces appareils - connexion à Internet, connexion à notre famille et à nos amis à travers le monde. Nous avons de l'eau à boire tous les jours et de la nourriture à partager avec nos proches. Et nous avons nos animaux de compagnie qui sont impatients de nous voir après notre longue journée de travail, mais nous n'avons pas un seul instant pour être reconnaissants.
Essayons d’aménager quelques minutes dans notre journée et reconnaissons tout dans notre vie. Avoir ces quelques instants est une bénédiction, alors commencez à apprécier ce que la vie vous donne.

Vous devez prendre soin de votre santé physique et mentale
Alimentation saine, sommeil suffisant, exercice régulier, gestion du stress, contrôles médicaux réguliers, vie sociale, méditation, massages, marche ou randonnée - faites-vous une de ces choses?
Prendre soin de votre bien-être est essentiel à votre croissance. Trouvez le temps de manger au moins une pomme par jour, ou au lieu de vous asseoir sur une chaise et de boire votre café dans un lieu bruyant avec votre ami, faites-en une activité et promenez-vous dans le parc le plus proche, avec votre café et votre ami...

Tout n'est pas une priorité
Notre plus grande crainte ne devrait pas être d’échouer, mais de réussir dans des choses qui ne nous importent pas vraiment. Nous nous donnons des missions et malheureusement elles ne nous remplissent pas, nous alimentent pas, mais nous prenons tout de même tellement de notre temps pour cela. Avez-vous essayé de séparer ce qui est bon pour vous et ce qui est important de toutes les petites choses qui parasitent votre temps?
Nous ne pouvons pas tout faire en même temps et c'est très bien. Mais nous pouvons faire quelques petites choses et les maîtriser, et en plus des choses qui nous sont réellement positives et nous permettent d'avancer.

Le surmenage est le fléau du 21e siècle
Travailler longtemps et durement ou travailler qualitativement? Ne vous méprenez pas, j'admire le travail acharné, mais en ce qui concerne notre santé, il est dangereux de prioriser les heures de travail sur la qualité du travail. Tout se résume à l'équilibre. Je vous conseille donc de vous mettre en place pour un horaire de travail plus sain et plus productif. N'épuisez pas trop votre corps et votre esprit, sauvez-les, rechargez-les et nourrissez-les.

Vous gagnerez en confiance lorsque vos actions rencontreront votre Être
Nous parlons tous de quel genre de personne nous sommes, de ce que nous allons faire ensuite ou de ce que nous allons changer dans notre vie, mais combien d'entre nous agissent et respectent leurs propres mots? Nous continuons à nous consoler avec des paroles, mais l'action est ce qui nous définit. Nous parlons à nos proches des choses que nous allons faire, mais les faisons-nous réellement? Essayez de vous poser cette question et vous serez choqué par le peu de mesures que nous prenons. N'oubliez pas, soyez toujours à la hauteur de vos paroles.

Pour conclure
Un bon voyageur aime le voyage, pas la destination. Nous nous précipitons tous pour faire avancer les choses. Nous voulons atteindre un objectif final et nous courons vers lui. Nous nous concentrons sur les objectifs finaux et non sur l'amour du voyage qui nous y mène. Mais, nous devons aimer ce que nous faisons pour le faire. Parfois, c'est bien de s'arrêter et de sentir les roses, après tout, Rome n'a pas été construite en un jour, non?

Profiter de la vie dans sa version lente - Slow life

Peut importe votre âge, vous pouvez ressentir cette pression à remplir votre vie d'activités et de maximiser votre temps en faisant tout ce que vous pouvez.
À l'école, nous sommes encouragés à rejoindre le plus de clubs possibles (sportifs par exemple), pour profiter au maximum de notre expérience éducative. Au travail, on s'attend à ce que nous soyons extrêmement productifs et prenions de plus en plus de responsabilités. Même à la maison, il y a une liste de choses à faire sans fin qui doivent être maintenues, corrigées ou mises à niveau.

Et nous continuons à vivre comme s'il n'y avait rien de mal avec ce système. Comme si la progression naturelle de l'humanité devait devenir la forme de vie la plus efficace sur terre. S'il n'y a rien de mal à ce système, alors pourquoi tant de gens sont-ils mécontents ou malheureux? Pourquoi tant de personnes prennent-elles des médicaments pour contrôler l'anxiété, le stress et la dépression? N'est-ce pas là un signe plus révélateur de notre "progression" en tant qu'espèce?

Toute cette agitation a surchargé nos esprits. Et nous nous promenons avec ce sentiment persistant qu'il y a quelque chose que nous avons oublié de faire. Ou nous nous sentons coupables quand nous prenons vraiment le temps de ne rien faire, d'être paresseux, ou avec des amis ou de contempler en écoutant un oiseau chanter dans le jardin. Il n'y a tout simplement pas de repos - aucun sentiment d'achèvement. Et cela nous ronge de l'intérieur. Rend impossible de trouver une raison de sourire, ou d'être joyeux, ou tout simplement d'Être.
Nous brûlons de frustration si un site Web ne se charge pas instantanément. Nous pensons que faire une sieste est un signe de paresse. Nous vérifions nos e-mails, facebook, twitter 15 fois par jour. Nous mangeons de la farine d'avoine instantanée pour le petit déjeuner, des repas surgelés pour le déjeuner et commandons des plats à emporter pour le dîner. Nous perdons le sommeil à cause d'une prochaine échéance. Nous nous suicidons même parce que la pression pour performer est trop lourde à gérer.
Nous craignons que quelque chose de mal se produise si les choses ne se font pas. Pour calmer cette peur, nous travaillons plus dur, et plus longtemps, et plus dur et plus longtemps seulement pour réaliser qu'il y a plus à faire. Ça ne finit jamais.

undefined

Mais la vie ne doit pas être si contraignante, c'est de la folie! Et cette folie se termine lorsque les gens adoptent une alternative: ralentir et adopter le slow life

Si vous êtes fatigué de la routine, permettez-moi de vous suggérer de prendre du recul et de faire une évaluation honnête de ce qui doit être fait. Abandonner la contrainte de tout faire peut être un effet libérateur impressionnant. Choisissez simplement ce qui est le plus important et faites-le. Encore plus simple, choisissez de faire les choses qui vous passionnent et laissez tomber le reste. Si la vie dans la voie lente vous plaît, voici quelques étapes faciles pour échapper à la course et profiter d'une vie plus simple et plus heureuse.

Pratiquer le slow life
Choisissez 3 choses à accomplir chaque jour. Je sais, vous pourriez probablement dresser une liste de 100 choses, mais non. Garder la liste de cette taille vous obligera à décider ce qui est vraiment important. Une fois la liste terminée, le reste de la journée vous appartient. Avec cette approche, vous accomplirez 21 tâches importantes par semaine. Si vous avez plus que cela, réévaluez sérieusement vos engagements.

Apprenez à dire "non". Arrêtez de prendre plus de responsabilités. C'est ce qui vous a poussé à lire cet article en premier lieu. Bien sûr, le bénévolat est une noble façon de passer votre temps, mais vous mettre la pression même dans des loisirs peut vous priver de joie. Et le monde a plus que tout besoin de joie.

Soyez improductif. Même si vous ne pouvez gérer que 20 minutes par jour au début. Ne lisez rien pour faire avancer votre carrière ou impressionner vos amis. Faites quelque chose d'inutile comme sauter des rochers à travers un étang. Ou faire des tartes à la boue avec vos enfants. Ou grimper dans un arbre. Creusez dans votre banque de mémoire, car la plupart de ces choses sont probablement ce que vous avez fait quand vous étiez enfant.

Ne vérifiez vos e-mails que deux fois par jour. Cela inclut Twitter, Facebook, les actions, les résultats sportifs, les statistiques du blog - tout. La vérification de ces sites peut devenir une habitude addictive qui vole du temps que vous pourriez passer à faire des choses qui vous rendent réellement heureux.

Privilégiez la qualité à la quantité. Au lieu de rejoindre chaque organisation, de vous abonner à chaque blog ou de saisir toutes les opportunités que vous obtenez - essayez de faire moins de choses, mais choisissez celles qui ajoutent vraiment de la valeur à votre vie. Choisissez 3 ou 4 blogs et suivez-les de près. Choisissez une organisation qui fait la différence et soutenez-la. Adopter la qualité plutôt que la quantité rendra votre vie moins stressante et vos expériences plus satisfaisantes.

Trouvez un passe-temps. Essayez quelque chose de nouveau, vous n’avez pas à être bon dans ce domaine. Tant qu'il vous excite et exploite votre créativité. Essayez: yoga, escalade, course à pied, travail du bois, surf, lecture, blogging, jardinage, échecs, peinture, musique.

Passez du temps avec des gens que vous aimez. Ça y est, le seul conseil que je vous donnerais si je ne pouvais que vous en donner un. Les relations constituent l'épine dorsale d'une vie déterminée. Partager des secrets, des peurs et des espoirs avec un autre humain est le moyen le plus sûr de ralentir et de profiter de la vie. Sans contact étroit avec d'autres personnes, nous devenons des êtres froids et solitaires. Prenez du temps chaque jour pour échanger avec vos proches, et vous ne vous retrouverez plus vraiment seul.

Le non-attachement est fondamental pour une vie épanouie

Vous pourriez être surpris d'apprendre que le non-attachement est une qualité importante pour des relations saines et une vie équilibrée. Le non-attachement n'est-il pas quelque chose de très similaire à l'indifférence? En fait, pas du tout.

Le non-attachement est un état d'esprit très bénéfique dans tous les domaines de la vie et dans nos relations avec les gens, avec les possessions et même avec notre propre corps physique.

Définition et le principe du non-attachement
Le non-attachement n'est pas l'indifférence. Il est important de clarifier ce malentendu commun. L'indifférence signifie un manque d'intérêt et de sympathie envers une personne ou un objet. Le non-attachement, quant à lui, renvoie à l'état d'esprit d'être objectif et de ne pas s'accrocher, et il découle d'une profonde réflexion sur les conditions de l'existence humaine.

undefined

Imaginez que vous fassiez un voyage organisé avec un groupe de personnes que vous ne connaissez pas. Les participants viennent du monde entier et vous ne les reverrez plus après la fin des vacances. Dans le groupe, il y a quelqu'un que vous trouvez vraiment attrayant et intéressant. Vous savez que vous ne partagerez que peu de temps avec lui, mais vous avez l'intention de profiter au maximum des quelques jours que vous pourrez passer ensemble. Vous voulez vivre ces moments avec intensité et passion, sachant qu'ils ne dureront pas éternellement et que vous devrez vous séparer. Vous acceptez la situation et vous ouvrez toujours pleinement à l'expérience.
Il n'y a pas d'indifférence ici, non? Pourtant, les circonstances de cette rencontre vous forcent à ne pas être attaché à l'autre personne et à l'expérience que vous avez partagée (à moins que vous ne vouliez beaucoup souffrir).

Comment le non-attachement renforce les relations amoureuses
Vous pourriez penser que nos relations intimes ne se développent pas dans les mêmes conditions que l'exemple ci-dessus. Mais est-ce vraiment le cas? Après tout, nous, êtres humains, partageons toujours un laps de temps ensemble, tout comme les personnes en voyage organisé. La principale différence est que, dans la vraie vie, vous n'avez aucune idée de la fin de votre temps partagé avec quelqu'un.
Les circonstances de la vie, la fragilité de la condition humaine, l'instabilité des émotions - tous ces facteurs rendent les relations beaucoup moins prévisibles que nous le croyons habituellement. Si vous méditez profondément sur l'impermanence de la vie, le non-attachement sera la conséquence inévitable.
Mais tout comme dans l'exemple ci-dessus, le non-attachement dans la vie réelle ne signifie pas l'indifférence: au contraire, il vous permettra de vivre chaque relation avec amour et intensité, sachant qu'elle pourrait se terminer à tout moment.

Le non-attachement est un état d'esprit qui vous aidera à la fois dans les moments de joie et de chagrin. La vie est un mélange de plaisir et de douleur, de confort et d'épreuves. Nous nous accrochons au plaisir, en espérant qu'il ne partira jamais, et nous sommes submergés par la douleur, craignant qu'elle ne finisse jamais.

En pratiquant le non-attachement, nous devenons capables de supporter des moments difficiles avec un certain sens de l'humour, sachant que - comme le dit un sage - cela aussi passera. De la même manière, nous pouvons profiter des beaux moments de la vie sans être entachés par la peur de leur fin, comme nous le faisont souvent.
Tout cela ne signifie pas que vous devez vivre dans une insécurité constante, craignant que tout ce dont vous dépendez puisse s'effondrer à un moment donné. Bien au contraire, ne pas être attaché au succès et à l'échec, ni au plaisir et à la douleur, vous ramène en connexion avec la seule chose qui est invariablement présente, stable et sûre: votre centre de conscience pure et d'amour pur.

Comment le non-attachement vous amène vers l'amour inconditionnel
Lorsque vous commencez à pratiquer le non-attachement dans vos relations intimes, vous aurez trouvé l'une des voies qui mène à l'amour inconditionnel. Seule une personne non attachée peut aimer inconditionnellement, c'est-à-dire sans rien attendre en retour. Être attaché à quelqu'un signifie que vous l'aimez principalement en raison de sa proximité ou de sa commodité, ce qui vous fait vous sentir bien. Mais que se passera-t-il lorsque votre proche fait quelque chose qui vous dérange ou décide simplement de partir? Trop souvent, l'amour attaché se transforme alors en amertume, en colère et en ressentiment.
Lorsque vous aimez avec le non-attachement, vous ne vous souciez pas des résultats de votre amour, qui émane de vous, tout comme le parfum qu'émet une fleur. Vous pouvez aimer un véritable débordement d'énergie du cœur, sans aucune condition ni limitation. Si l'amour attaché s'exprime par les mots "je t'aime, parce que...", l'amour détaché dit simplement "je t'aime", sans aucune condition. En allant un peu plus loin, comme l'a dit un grand mystique: "L'amour n'est pas une relation, c'est un état d'être".

Pour conclure
C'est l'un des changements les plus libérateurs qu'une personne puisse vivre. Peut-être, vous avez toujours cru qu'une autre personne est responsable de vous amener dans le merveilleux état d'être que vous appelez "amour". Mais cette conception erronée est la raison pour laquelle vous vous accrochez aux autres, vous avez peur de leur départ et vous mettez sur eux le fardeau de vous rendre heureux. Une fois que vous comprenez que l'amour jaillit de vous et que personne d'autre n'en est responsable, vous pouvez continuer à aimer les autres, mais la peur et l'attachement disparaissent. Vous réalisez qu'aucun événement de la vie, pas même la mort de votre bien-aimé, ne peut vous éloigner de cet état d'être.
Apprendre à pratiquer le non-attachement est l'un des outils les plus importants pour développer l'amour inconditionnel, une attitude non collante envers les choses et les gens, et la capacité de profiter du moment présent avec intensité.
Accepter l'impermanence de la vie signifie remodeler toutes nos hypothèses sur l'existence - mais grâce à ce processus, la possibilité se présente pour nous d'aimer sans réserve, sans conditions et sans peur.

Comment vraiment se libérer du passé

Pourquoi gardons-nous le passé? Pourquoi nous accrochons-nous à des choses qui ne sont plus pertinentes dans nos vies? Pourquoi est-il si difficile d'abandonner des expériences qui nous ont fait souffrir?

Beaucoup d'entre nous sont coincés dans le passé en raison de notre besoin de certitude. La certitude est l'un des six besoins humains fondamentaux et concerne fondamentalement la survie. Nous devons tous être certains que nous pouvons éviter la douleur et, idéalement, trouver un certain réconfort dans notre vie. Apprendre à abandonner le passé signifie également entrer dans un avenir inconnu. Cela signifie avoir le courage d'abandonner ce qui est familier - même s'il est négatif - et être suffisamment vulnérable pour embrasser et apprendre de ce qui nous attend.
L’autre raison pour laquelle il est si difficile d’abandonner le passé est liée à la façon dont nous lions l’émotion à l’information. Prenons, par exemple, une femme, avec un noyau féminin, si son partenaire fait quelque chose qui lui cause de la douleur émotionnelle, elle peut avoir tendance à en parler encore et encore tout au long de la relation. Son partenaire a l'impression qu'il est impossible de gagner car peu importe ses efforts pour modifier la situation, sa partenaire continue de le punir pour ses transgressions dans le passé. Mais il y a une raison très réelle pour laquelle elle ne peut pas comprendre comment se passer du passé.

Le fondement de la mémoire passée
Pensez au jour tragique du 11 septembre, collectivement il nous a tous touchés c'est donc plus simple à comprendre. Il y a de fortes chances que vous puissiez probablement imaginer avec qui vous étiez et ce que vous faisiez lorsque vous avez entendu parler de l'attaque terroriste. Mais si vous deviez penser au 11 août 2001, votre mémoire est probablement très floue en ce qui concerne ces détails. Peu de gens se souviennent de ce qui se passait un mois avant les attaques. C'est parce que nous ne conservons pas d'informations qui ne sont pas liées à des sentiments - c'est-à-dire un sentiment associé. Mais l'information avec émotion créé une impression indélébile. Une personne avec un noyau féminin attachera de l'émotion à tout ce qui les affecte de manière significative, surtout si cela leur cause de la douleur ou de la souffrance et rend plus difficile pour eux d'apprendre à abandonner le passé.

Comparez cela à quelqu'un avec un noyau masculin. Pourquoi une personne à l'énergie masculine n'attache-t-elle pas d'émotion à tout? Ce n'est pas qu'une personne à noyau masculin ne se soucie pas ou ne ressent pas les choses profondément. C'est parce que l'énergie masculine consiste à percer et à lâcher prise tandis que l'énergie féminine consiste à se remplir et à se rassembler. Lorsqu'il y a encore des émotions liées à une mémoire, apprendre à se défaire du passé devient de plus en plus difficile pour ceux qui y sont biologiquement prédisposés.
Mais combien cela nous coûte-t-il? Comment le fait de ne pas abandonner le passé a-t-il un impact sur nos relations, notre vie et notre bonheur? Et comment apprenons-nous à desserrer notre emprise pour pouvoir avancer de manière plus saine et plus heureuse?

undefined

Pourquoi passer à autre chose?
La première étape pour abandonner le passé consiste à reconnaître ce qui vous retient et à déterminer la raison pour laquelle vous souhaitez continuer. À quoi vous accrochez-vous exactement - une relation qui a échoué? Un petit ami ou un membre de la famille que vous ne pouvez pas surmonter? Avez-vous besoin de pardonner à quelqu'un - en personne ou simplement dans votre propre cœur - afin que vous puissiez laisser aller la colère et entrer dans un état plus paisible?
Une fois que vous avez identifié ce qui vous retient, demandez-vous: quelles sont les raisons pour lesquelles je dois absolument aller au-delà de cela? Comment votre vie changera-t-elle lorsque vous apprendrez à vous passer du passé? Comment cela va-t-il changer la trajectoire de vos relations et vous aider à rester connecté avec votre partenaire? Et comment vous sentirez-vous dans ce nouveau chapitre de votre vie?
Il s'agit de l'une des parties les plus importantes du processus, car elle vous aidera à rester engagé pour apprendre à abandonner le passé. Acquérir un sens clair de l'objectif est essentiel pour établir un but ciblé. Votre objectif vous servira de motivation émotionnelle lorsque vous aurez envie d'abandonner. Vous allez inévitablement avoir des revers et des défis, mais si vous avez une raison suffisamment forte et un objectif qui vous anime, vous resterez concentré et dévoué.

Identifiez vos habitudes émotionnelles
La prochaine étape pour abandonner le passé consiste à identifier vos habitudes émotionnelles. C'est l'une des parties les plus difficiles de l'apprentissage du lâcher prise, car il faut une introspection profonde. Comment vivez-vous votre vie? Quelles sont vos croyances qui vous limitent? Que vivez-vous émotionnellement?
Lorsque vous vous habituez à certaines émotions, même négatives, vous ne remarquez pas vraiment comment elles vous affectent au quotidien. Vous ne réalisez pas que vous êtes coincé dans une boucle émotionnelle négative - vous croyez simplement que vous réagissez comme n'importe qui à une situation donnée. Mais nos habitudes émotionnelles uniques peuvent avoir une profonde influence sur la façon dont nous regardons la vie, la façon dont nous agissons et la façon dont nous apprenons à lâcher le passé. Alors pourquoi se contenter d'une vie où nous responsabilisons les émotions négatives et nous évitons le occasions d'accéder à un autre état émotionnel?

Trouver le positif
En identifiant vos habitudes émotionnelles, vous pouvez commencer à vous orienter activement vers une expérience plus positive. Vos émotions sont comme un muscle: vous pouvez vous entraîner à vous sentir frustré, triste, stressé ou même déprimé après une situation difficile. Ou vous pouvez vous entraîner à vous sentir passionné, joyeux et fort, même lorsque quelque chose de mal se produit dans votre vie. Vous pouvez apprendre à abandonner le passé d'une manière qui vous fait vous sentir plus léger et plus libre au lieu d'avoir peur. Lorsque vous vous surprenez à reprendre une habitude émotionnelle négative, essayez de couper la pensée et de changer cela immédiatement. Plus vous vous conditionnez, plus ces émotions deviennent naturelles et plus vous pouvez facilement vous adapter à n'importe quelle situation.

Conditionner votre esprit
Les percées ultimes dans la vie se produisent en apprenant des stratégies, en développant une histoire stimulante et en vous assurant que vous êtes dans le bon état pour aller de l'avant. Pour ce faire, vous devez conditionner votre esprit chaque jour sur la façon de laisser aller le passé. Si vous ne faites pas d'effort conscient pour décider de ce que vous autorisez dans votre esprit, alors vous permettez aux mauvaises herbes de pousser et de se propager.
Si vous ne prenez pas le temps d'examiner et de changer vos habitudes, la vie, vous allez la subir. Peu importe à quel point vous êtes intelligent, à quel point vous êtes averti, à quel point vous êtes inspiré - si vous ne montez pas la garde à la porte de votre esprit, alors vous donnez une approbation tacite de l'impuissance, du désenchantement et de la désillusion. Au lieu de vous concentrer sur la façon de vous débarrasser du passé, vous vous retrouverez distrait par des pensées qui vous maintiennent ancré dans des schémas négatifs.
Pour conditionner votre esprit, nourrissez-vous d'histoires stimulantes. Entourez-vous de personnes qui vous rendent meilleur et mettez-vous dans un état de satisfaction des expériences quelles qu'elles soient, on en apprend toujours quelque chose, concentrez-vous là dessus. Travaillez à cultiver un jardin prospère au lieu d'une parcelle sèche de mauvaises herbes. Ce sont les petits rituels que vous faites tous les jours qui donnent un élan et, finalement, conduisent à des changements massifs.

Pour conclure
Alors que vous vous efforcez de comprendre comment abandonner le passé, trouvez quelque chose que vous voulez servir qui est plus grand que vous. Vivez pour votre famille, pour votre communauté, pour l'humanité. Le motif compte, alors trouvez des motifs qui vous dépassent. Peu importe à quel point vous êtes cassé ou à quel point vous vous sentez brisé, vous avez quelque chose à offrir aux autres - même si c'est quelque chose d'aussi simple qu'un sourire ou une oreille attentive. Lorsque vous réaliserez enfin que le secret de la vie est de donner, votre vie s'améliorera considérablement et vous pourrez voir comment se passer du passé.
Votre vie compte - et si vous vous alignez avec la vérité que vous êtes ici non seulement pour "obtenir" mais aussi pour donner, alors les autres ressentiront votre authenticité et s'ouvriront à vous. Donner en retour vous rappelle ce pour quoi vous êtes fait. Se concentrer sur les besoins des autres vous permet de faire plus que ce que vous pensiez possible. Vous en ressentez immédiatement les bienfaits et vous vous enracinerez dans l'instant. Vous devenez plus productif et vous trouvez des solutions créatives aux problèmes. Vous trouvez de la force lorsque vous êtes épuisé et vous apprendrez à abandonner le passé et à avancer dans le futur d'une manière plus aimante, consciente et compatissante.

Accueil ← Billets plus anciens