Le BLOG by Clément
clément voyance blog

Comment traverser cette période ?

Cette époque trouble que traverse l'humanité ne va épargner personne, que ce soit au niveau santé, familial, professionnel ou financier. Alors au lieu de dramatiser sur les évènements, auxquels nous ne pouvons échapper, profitons plutôt de cette étape de vie pour développer un état d'esprit résilient dans ce monde incertain.
Il faut pouvoir établir des objectifs et élaborer des stratégies pour les atteindre. Comme nous avons le temps, réfléchissez et permettez vous d'avoir la chance de rêver à votre avenir, où vous aimeriez être et ce que vous aimeriez faire.

Parmi tout le chaos, on peut s'émerveiller des choses intéressantes que les gens font les uns pour les autres et des sacrifices qu'ils font, de la façon dont les individus peuvent s'adapter et tirer le meilleur parti de la situation, de la façon dont nous nous soucions les uns des autres et faisons le bien.
Le fait de se sentir un peu plus anxieux et incertain nous fait réaliser qu'il faut revenir à nos stratégies de confiance qui ont pu nous aider dans le passé à traverser des moments difficiles, ces ressources internes vous les connaissez, vous les avez expérimentées, elles sont là, elles font parties de vous.
Il est temps de revoir ces valeurs fondamentales auxquelles généralement on ne prête pas d'attention, pour que vos actions soient alignées. Il est temps de vous rappeler vos forces. Il est également temps d'en savoir plus sur cet état d'esprit de résilience qui semble si important, et d'approfondir vos compétences dans ce domaine!

Poursuivez des actions pour vous garder sur la bonne voie. Mais ne soyez pas trop sévère avec vous-même... Une chose après l'autre. Essayez d'être objectif et réaliste. Peut-être que sur 8 actions en une semaine que vous pouvez vous fixer, même si vous n'en réalisez que 3 ou 4. Essayez de ne pas vous réprimander - le critique intérieur a parfois trop d'importance, on est notre pire juge! Célébrez vos petites victoires et cela vous résoudra à agir plus encore. Cela vous donnera un élan et une voie à suivre dans ces montagnes russes d'un voyage appelé la vie!

Apprenez des rebonds passés
Si vous tenez un journal personnel, c'est une excellente façon de revenir à une période difficile de votre vie. Le passé est un territoire riche. En vous rappelant que vous avez ressenti cela auparavant, mais que vous vous êtes rétabli, peut-être avez-vous acquis une compréhension, ou atteint un moyen de surmonter l'insurmontable déjà, l'avez vaincu, et êtes passé à autre chose. Comme le dit John Lees, "l'avantage de revoir les choses avec le recul est que vous regardez en arrière à travers le prisme des résultats connus. Vous traitez l'histoire non pas en vous sentant battu et sans choix comme vous le ressentez maintenant, mais en sachant comment cela s'est terminé." Regardez comment vous avez traversé la situation difficile, comment vous avez soutenu votre courage et votre ténacité.
Si vous pouvez penser au moment où vous avez vraiment commencé à sentir que vous maîtrisiez la situation, pensez aux stratégies qui vous ont aidé. Quand il s'agit de redécouvrir même les plus petits lambeaux de résilience, votre passé est un excellent enseignant. Penser aux événements difficiles passés vous permet de vous rappeler non pas que vous avez souffert dans le passé, mais comment vous avez réussi à surmonter les épreuves.

undefined

N'écoutez pas votre ego mental
Nous avons sans aucun doute tous ressenti ces pensées accablantes et empressées lorsque nous n’avons pas pu dormir au milieu de la nuit. Ou même en pleine journée, quand notre mental s'emballe, tricotant des hypothèses, plus angoissantes les unes que les autres. Plus ces idées circulent dans votre tête, plus les problèmes deviennent insurmontables. Les hypothèses et la peur de ce qui est au coin de la rue vous remplissent la tête et peuvent être accablantes.
Les psychologues nous disent que la voix de notre ego, est la voix d'un enfant... Cette idée contient une vérité importante. Vous pensez que vous écoutez un cerveau adulte qui traite des événements, des choix, un dilemme, mais les bruits que vous entendez concernent plus la détresse et l'anxiété que les vrais problèmes. Vous pensez peut-être que vous pesez des choix, mais votre esprit a été temporairement détourné par votre enfant intérieur fatigué et blessé qui se parle à lui-même dans l'obscurité, alors que chaque problème semble plus gros qu'il ne l'est et que la lumière semble alors, de plus en plus loin. Quel soulagement de savoir que ces pensées et ces ruminations accablantes et inquiétantes ne viennent vraiment que d'un enfant intérieur vulnérable et effrayé.

Arrêtez de vous inquiéter
Je connais votre première réaction. Si seulement! J'ai essayé ça toute ma vie sans réussir! Mais voici de bonnes stratégies. Tout le monde s'inquiète. Nous sommes conditionnés à nous inquiéter. Cependant, l'inquiétude est souvent motivée par la peur et les pires scénarios catastrophiques et réfléchis. S'inquiéter d'un problème et penser à ce problème sont des processus très différents.
Reportez l'inquiétude jusqu'à un moment où vous la gérez mieux - cette idée est la clé de la gestion de vos angoisses. Il est important de reconnaître les déclencheurs et les angles morts qui vous empêchent de vous inquiéter de manière excessive. Il est plus facile de reporter l’inquiétude que de l’exclure de votre esprit. Choisissez un moment précis de la journée où vous pouvez vous inquiéter, essayez de vivre cette angoisse lorsque vous vous sentez plus calme. Vous constaterez comme il est incroyable de voir comment vous êtes plus en mesure de penser à une solution lorsque vous n’êtes pas totalement inquiet.
Si vous suivez la stratégie consistant à reporter votre inquiétude et à désigner un moment pour penser à vos préoccupations, concentrez-vous sur un seul problème. Demandez-vous quelle est la pire chose qui puisse arriver? N'essayez pas de pousser vos angoisses, mais concentrez-vous pleinement sur elles pendant un moment. Donner toute votre attention à vos soucis pendant 25 à 30 minutes peut les affaiblir naturellement. C'est ce qu'on appelle l'accoutumance. En bref, votre cerveau en a assez des angoisses et elles perdent leur pouvoir. Lorsque les soucis deviennent des obsessions, nous pensons souvent que nous pouvons analyser notre façon de s'en sortir. Malheureusement, cela prend en charge les obsessions et nous pouvons entrer dans une boucle de réflexion en rond. Nous devons faire quelque chose qui change notre réponse émotionnelle.
Écrire vos peurs peut révéler qu'elles sont irrationnelles et qu'elles sont vraiment un modèle de comportement qui est devenu une habitude pour vous. L'inquiétude déséquilibre et déstabilise en peignant des images négatives comme si elles étaient la réalité. Les actions motivées par l'inquiétude ne sont qu'un appel à l'aide - la véritable priorisation et la planification consistent à voir la différence entre ce que vous ressentez et ce qui peut être fait. Les meilleures stratégies pour contrer l'inquiétude sont souvent des moyens de tromper votre esprit pour qu'il lâche prise, reporte ou éloigne l'inquiétude.

Repensez la façon dont vous vous fixez des objectifs
L'établissement d'objectifs consiste à prendre le contrôle de votre situation et à être conscient que vous prenez le contrôle d'une manière ou d'une autre pour améliorer votre vie et aller dans la direction que vous souhaitez. Comme nous le savons, ce n'est pas seulement une question d'objectifs, mais les actions que vous entreprenez et cette première étape est si importante qu'elle peut vous galvaniser sur un chemin.
Bien sûr, nous devons être intéressés ou même passionnés par ce que nous faisons et nous voulons récompenser même si ce n'est que quelque chose de petit que nous faisons pour nous-mêmes. Ne vous fixez pas trop d'objectifs car cela garantira quasiment qu'aucun d'entre eux ne deviendra réalité. Plutôt que de simplement écrire des objectifs, notez comment vous allez avancer étape par étape. Enregistrez vos progrès et continuez à écrire des descriptions de la façon dont la vie sera améliorée pour vous lorsque votre objectif sera atteint.

Traitez le syndrome de l'imposteur
Beaucoup d'entre nous ont ressenti cela même en dépit des preuves accablantes de leur compétence. Cela est vécu par de nombreuses personnes occupant des postes de responsabilité, considérant leurs réalisations comme de la chance et non pas grâce à elles. La chose révélatrice à propos du syndrome de l'imposteur est que nous croyons que le personnel au-dessus de nous dans les organisations en est immunisé. Ils ne le sont pas, même si cela reste caché. Le reste du monde peut voir une personne confiante et compétente, mais la réalité simultanée où ces personnes ne se sentent pas légitime est sur le point d’être "découverte". C'est une vulnérabilité rarement exprimée, mais vécue par bon nombre des personnes occupant des postes exigeants.
Souvent, ces personnes n'ont pas de groupe de pairs naturel pour fournir des commentaires ou des critiques constructives. C'est une forme de discours intérieur négatif qui peut être exacerbé par le manque de soutien et l'isolement. Acceptez les situations, votre position, sans vous juger encore une fois!

Méfiez-vous des pensées catastrophiques
Le système de combat ou de fuite où nous percevons le danger et la menace est génétiquement programmé en nous. Nous pouvons sauter aux conclusions et penser automatiquement aux pires scénarios. C'est ce que l'on entend par catastrophisme. Si vous savez que cela a tendance à être votre première réaction dans toutes les situations, vous pouvez essayer de faire le contraire et étudier les meilleurs scénarios. Ce type de pensée plus optimiste peut vous aider à identifier des solutions et pas seulement à vous concentrer sur la gravité du problème.
La pensée catastrophique doit être gérée, non dissimulée ou supprimée. Si votre première réaction est une pensée catastrophique, examinez-la attentivement et essayez de comprendre pourquoi c'est une habitude. Parfois, ces pensées négatives persistantes vous révèlent que vous avez des croyances fixes qui provoquent des réactions émotionnelles et provoquent la peur. Le test ultime est de savoir si ces réponses sont significatives, précises et utiles, ou s’il s’agit simplement d’un "bruit" émotionnel. Remettre en question et modifier les croyances et valeurs sous-jacentes qui les animent est une première étape importante.

Pour conclure
La résilience de base consiste à se débrouiller et à supporter les choses. Parfois, selon leur situation, les gens n'ont pas d'autre choix que de le faire. Cependant, en regardant les études actuelles sur la résilience, nous pouvons avoir une vision beaucoup plus optimiste. La résilience est quelque chose que nous pouvons "adopter, façonner et faire grandir". Nous pouvons apprendre de nous-mêmes, devenir plus conscients de nous-mêmes et nous pouvons également apprendre des autres. Comme nous le savons, ce qui ne tue pas vraiment peut vraiment vous rendre plus fort.
La bonne nouvelle est que rebondir peut, avec engagement, imagination et soutien, être non seulement la récupération de votre ancien format de vie, mais la croissance vers un nouveau format d'existence. Alors, voici un bon mentat - pas seulement la restauration, mais un nouveau départ.
Ces techniques et d'autres, semblent si pertinentes et opportunes, étant donné l'incertitude et le chaos qui nous entourent en ce moment. Comme nous le savons d'après ce célèbre proverbe de Bouddha "Quand l'étudiant sera prêt, le professeur apparaîtra".

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Pour vivre heureux - vivons cachés

Vous connaissez sûrement cet adage. Si vous voulez être heureux, il faut rester caché, et gardez votre vie personnelle aussi privée que possible. Nous, les humains, sommes des créatures sociales. Et en tant que tel, nous avons soif de connexions avec les autres, nous avons besoin d'échanger. Nous aimons créer des liens avec les gens, nous aimons partager à la fois notre bonheur et notre chagrin. Cela nous fait nous sentir compris, entendus, aimés, réconfortés.
Et donc nous partageons. Nous ouvrons les portes de nos mondes intérieurs aux autres, nous les laissons entrer sur chaque petite chose qui nous fait ressentir unique d'une certaine manière, nous portons notre cœur sur nos mains... Et nous partageons ainsi notre vie entière avec les autres sans même considérer qu'un jour certains d'entre eux peuvent profiter de ces informations et les utiliser contre nous...
Je n’essaie pas de dramatiser ou de vous dire de vous méfier de tout le monde, mais il faut de la prudence dans la vie, et l'expérience nous le prouve. La vérité est qu'il y a certaines choses dans la vie qui devraient toujours rester privées.

undefined

Votre vie intime doit rester privée
Bien sûr, certaines choses doivent être définitivement partagées avec vos amis. Après tout, c’est pour cela que les amis sont là, non? Cependant, il y a certaines parties de votre vie que vous devriez toujours garder pour vous. Soyez ouvert sur les choses avec lesquelles vous êtes à l'aise, mais gardez vos limites. Votre vie n’appartient à personne d’autre qu'à vous.

Vos problèmes relationnels
Si vous devez dire quelque chose à votre partenaire, vous devriez le lui dire en face. Demander conseil à vos amis, c'est bien, mais seulement jusqu'à un certain point. Les problèmes auxquels vous et vos partenaires êtes confrontés doivent être résolus entre vous deux uniquement. Personne d'autre ne devrait être impliqué. Alors, gardez votre vie amoureuse pour vous. Sauf bien sûr, si votre partenaire est une personne toxique et narcissique qui fait de votre vie un enfer. Dans ce cas, n’hésitez pas à demander de l’aide.
Les histoires de famille, ou vos problèmes familiaux doivent être scrupuleusement réglés dans une existence, car ils vous permettent, une fois solutionnés d'évoluer vers votre individualité, et votre expression personnelle. Ce qui se passe dans votre famille n’est l’affaire de personne d'autre que de la vôtre. Et soyons honnêtes. Partager des problèmes familiaux avec vos amis n'est pas seulement gênant, mais c'est aussi absolument inconsidéré envers votre famille. En révéler trop aux mauvaises personnes peut certainement faire plus de dégâts que de bien.

Vos finances
Ce sujet parle de lui-même. Qu'y a-t-il de plus à dire? Lorsqu'il s'agit d'argent, les gens sont prêts à faire le pire pour en obtenir. Ou pour obtenir des informations compromettantes. Parler d'argent avec les gens, vous fait souvent découvrir ces mêmes personnes, telles qu'elles sont réellement. L'argent a l'art d'éveiller l'ego chez n'importe qui, chez tout le monde... On nous a tellement appris que c'est lui qui fait qui nous sommes, nous nous identifions donc totalement à ce que cet argent représente de nous, qu'il éveille nos plus grandes craintes ou nos plus grandes soifs d'égo et de pouvoir. C'est pourquoi votre situation financière ne devrait concerner que vous. Plus vous révélerez ce que vous possédez, plus certains essaieront de vous rabaisser ou de vous utiliser.

Vos faiblesses ou vos espoirs
Faites très attention à qui vous vous confiez sur vos plus grandes faiblesses ou blessures personnelles. Toutes les personnes avec qui vous sortez ne sont pas vos amis et toutes les personnes qui sont gentilles avec vous ne vous veulent pas vraiment et forcément du bien. Protégez votre vie privée, gardez vos plus grandes peurs, blessures pour vous, jusqu'à ce que vous soyez absolument certain de l'individu à qui vous avez à faire... et restez à l'affût des réactions de l'autre quand vous évoquez vos faiblesses, il s'agit de gouffres concernant votre vie personnelle, et certains sauront s'en servir, ou appuyer encore plus sur ces points de souffrance...
Vous avez des rêves, nous en avons tous, mais savez-vous que plus vous partagez vos rêves et vos objectifs avec les gens, moins vous avez de motivation pour y travailler avec persévérance et les réaliser? Si vous y réfléchissez vous vous rendrez compte que chaque fois que vous avez parlé de vos grands espoirs, vous avez dû ressentir, par la suite, plus d'une fois, cette chute de motivation. Partager vos projets futurs avec les gens n'a été que décourageant pour vous. Pour être honnête, tout cela ne fait que vous mettre plus de pression et vous empêche finalement d'être productif. Et nous ne voulons pas vraiment cela, n'est-ce pas?

Vos actes honnêtes
Vous aidez des associations, participez à des collectes de fond, aidez des personnes dans le besoin, proches ou plus lointaines, c'est un formidable acte de générosité... Mais voici la vérité. Si vous voulez vraiment, vraiment faire un certain changement dans ce monde, faites-le parce que vous vous souciez du monde, pas parce que vous voulez que le monde entier le sache. L'humilité est la plus haute vertu que l'on puisse posséder. Si vous voulez aider quelqu'un, faites-le pour lui, pas pour la gloire. Ces petits gestes de gentillesse sont les plus purs quand ils sont invisibles... N'oubliez jamais cela.

Pour conclure
Nous vivons dans une société où les gens aiment partager chaque petite chose de leur vie et être félicités pour cela. Et la représentation de qui nous pensons être est le pire piège dans lequel nous puissions tomber... Et le développement de facebook, instagram et tous ces médias aident les personnes à tomber dans ce gouffre, et une fois enfermés là-dedans presque impossible de pouvoir en sortir, tellement l'attente de l'approbation des autres de qui nous sommes devient importante, mais totalement fausse !! Car tous ces amis, dans la vraie vie, ou sur internet ne peuvent pas valider qui vous êtes. Si tant est que ce soient de vrais amis, et non pas des contacts virtuels ou des liens d'amitiés d'inconnus...
Vous le savez, nous avons de sérieux problèmes dans notre société actuelle avec toutes ces plates-formes sociales. Alors dans la vraie vie, aussi, soyez attentif à qui vous ouvrez votre cœur...

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Des plantes pour booster l'immunité

Certaines situations peuvent affaiblir le système immunitaire, et cette période avec la Covid est particulièrement anxiogène et donc propice à faire baisser l'immunité. Étant donné que les peurs des personnes augmentent, et l'on sait scientifiquement parlant, que les angoisses et la peur font baisser les défenses de l'organisme et l'immunité - résultat: on tombe malade. Le thé, riche en antioxydants naturels et les plantes de l’immunité comme l’échinacée apportent un véritable coup de pouce pour soutenir et booster les défenses naturelles.

Qu’est-ce que le système immunitaire?
Microbes, germes, virus... Notre organisme doit faire face à de nombreux agresseurs. Des allergènes aussi, tels les pollens ou les moisissures. Pour les combattre il possède un système de défense exceptionnel: le système immunitaire. Cette armée défensive est constituée de différentes sortes de globules blancs.
La première barrière naturelle contre les micro-organismes est une barrière physique: il s’agit de la peau et des muqueuses. Elles permettent d’empêcher naturellement le passage des microbes. En seconde ligne de défense on trouve les polynucléaires neutrophiles et les macrophages qui sont chargés de supprimer les microbes qui pénètrent dans l’organisme. En cas d’attaque de virus dans les cellules, une autre barrière se met en place: les lymphocytes tueurs se mobilisent à leur tour pour les éliminer. Autre riposte ciblée efficace et spécifique: l’action des lymphocytes B et T auxiliaires, véritables vigiles de l’organisme. Ils produisent des anticorps propres aux agresseurs.

undefined

Pourquoi le système immunitaire peut-il s’affaiblir?
Des défenses en berne, une immunité naturelle qui ne joue plus son rôle de bouclier, la peur et les angoisses, la dépression... Cela se produit lorsque le système immunitaire est dépassé. C’est le cas l’hiver quand les températures chutent, que la lumière fait défaut, ou que l’on reste confiné sans s’aérer. Cela survient aussi en cas de stress important, d’une mauvaise hygiène de vie, d’une grosse fatigue ou d’un manque de sommeil. Dans ce contexte, l’organisme peine à se défendre contre une attaque virale. Pour booster naturellement le système immunitaire les plantes sont de précieuses alliées.

Quelles sont les plantes de l’immunité?

L’échinacée: reine de l’immunité
Cette petite fleur qui ressemble à une marguerite, de son nom binominal Echinacea purpurea, est originaire d’Amérique du nord. Elle était très utilisée traditionnellement par les Amérindiens pour aider à lutter contre les infections, les piqures d’insectes ou les blessures.
Grâce à leur composition unique en actifs (alkylamides, polysaccharides et composés phénoliques), les parties aériennes de l’echinacea, contribuent à agir préventivement contre virus et bactéries en stimulant le système immunitaire.
L’échinacée aiderait à diminuer l’inflammation et à stimuler l’immunité. On l’emploi en tisanes, poudre, extrait fluide ou sec...

La fleur de sureau: soulage les symptômes du rhume
L’OMS reconnait ses bienfaits dans son usage traditionnel pour aider à "lutter contre la fièvre, à soulager les symptômes du rhume et comme expectorant dans les infections mineures des bronches". Ses baies et ses fleurs sont riches en polyphénols (flavonoïdes) ce qui lui confère des vertus stimulantes pour l’immunité. Autre atout de la fleur de sureau: elle participe à fluidifier les secrétions bronchiques. En période hivernale, pas question de s’en passer! On l’utilise en infusion de façon préventive ou pour aider à soulager les infections bronchiques.

Le tulsi: stimulant du système immunitaire
Le tulsi ou basilic sacré est originaire d’Inde. C’est une plante adaptogène qui participe à renforcer le système immunitaire grâce à la composition riche en actifs de ses feuilles: composés phénoliques, antioxydants et vitamines. Une plante reconnue par la médecine ayurvédique pour ses vertus, dont on utilise les feuilles séchées dans les tisanes.

Le thé blanc bio: booste les défenses de l’organisme
Le thé blanc ne subit pas d’oxydation et a une grande richesse en antioxydants, principalement en catéchines et notamment en épigallocatéchines (EGC). Il booste les défenses immunitaires en: s’opposant aux radicaux libres à l’origine du stress oxydatif aidant à assurer la protection des cellules de l’immunité, plus particulièrement des globules blancs

Le thé vert bio: agit en renfort des défenses naturelles
Ce n’est pas pour rien que la médecine chinoise l’utilise depuis des siècles! Les feuilles de thé vert ne sont pas oxydées et retiennent la majorité des antioxydants du corps. Ces précieuses substances, principalement des catéchines (notamment l’épigallocatéchine gallate) contribuent à mieux résister aux virus et à renforcer les cellules de l’immunité.

Comment booster son immunité avec les mélanges de plantes?
Vous pouvez associer du thé blanc et des plantes alliées de l’immunité (échinacée, fleur de sureau, tulsi). Cette synergie de plantes aide à renforcer l’immunité à l’approche de l’hiver en général, mais d'autant plus en cette période avec le virus qui revient, et la deuxième vague... On peut consommer ce genre de thé (sans théine) à toute heure de la journée pour soutenir les défenses naturelles de l’organisme avant que les virus ne vous mettent KO. Vous pouvez ajouter quotidiennement des compléments alimentaires à base de plantes, celles qui sons citées dans l'article notamment, tout cela se trouve dans les bonnes pharmacies. Soyez prêt! Anticipez!

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Quand on a peur d'être heureux ou de réussir

Alors que beaucoup d’entre nous grandissent dans un environnement où nos succès rencontrent l’enthousiasme, les éloges et les encouragements des gens qui nous entourent, ce n’est pas le cas pour tout le monde. D'où vient alors la peur du succès?
La peur du succès ne signifie généralement pas une peur littérale au sens premier. Les gens craignent les résultats et les conséquences du fait de changer de vie, par exemple, quitter un partenaire (parfois même très négatif), changer de carrière, ou même de gagner de l'argent, s'autoriser à être heureux peut faire peur. Quitter une zone que l'on connait, pour autre chose... Une zone de confort qui n'est pas si confortable, peut vous satisfaire, mais oser franchir le cap de la libération fait apparaître la peur, et parfois même une réelle paralysie devant cette envie, pourtant forte d'aller de l'avant. Conséquence: on pratique l'auto-sabotage en étant absolument convaincu qu'on y serait de toute façon pas arrivé, ou que c'est trop dur...

Identifier sa peur du succès
La peur du bonheur ou de la réussite s'apprend souvent à un jeune âge. Tout comme un rat apprend à ne pas toucher le bouton rouge après avoir reçu plusieurs fois des chocs électriques, les gens peuvent apprendre à éviter le succès, si à un moment donné, il était suivi de quelque chose de douloureux. Cette peur est entretenue (et aggravée) par l'évitement. Peu importe ce qui mène à la peur du bonheur au départ, la plupart des gens finissent par se comporter involontairement d'une manière qui renforce et alimente cette peur.
La peur du succès est douloureuse. Les individus en question ne sont en général d'ailleurs pas des peureux dans la vie. En fait, loin de là. Ils souffrent d'un manque de confiance extrêmement élevé, et avaient souvent été angoissé pendant une grande partie de leur vie, même s'ils sont de toute évidence des gens très travailleurs, brillants et consciencieux. La peur du succès est embarrassante et les personnes qui en souffrent le font en grande partie seules.
Que vous ayez peur de réussir vous-même ou que vous connaissiez quelqu'un qui vit cela, il est important de comprendre ce que cela signifie vraiment et à quel point cela peut être difficile.

undefined

Est capable celui qui pense qu'il est capable - Bouddha
Comment répondriez-vous à la question - réussissez-vous dans la vie? Beaucoup de personnes diraient qu’elles ne réussissent pas - tout du moins, elles n'ont pas réussi dans les domaines qui leur semblent importants. (J'en fais parti aussi) Puis un jour, vous vous demandez - qu'est-ce qui m'empêche de réussir? Il faut un certain temps pour trouver la réponse, mais on réalise que l'on se retenait. Pourquoi? Peut-être par peur que lorsque l'on commence quelque chose, on échoue. Peut-être avez vous peur de ne pas être "une de ces personnes" qui obtiennent tout ce qu'elles recherchent. Peut-être que vous pensez que vous ne méritez pas le succès dans la vie.
La vérité est que globalement les gens ne croient pas en être capables. Ne pas réussir à trouver le bonheur, à être heureux ou à profiter pleinement de la vie. Ce scénario vous semble-t-il familier? Si vous voulez vraiment réussir dans la vie (et qui ne le souhaite pas?), vous devez d'abord apprendre à croire en vous. Si vous ne pensez pas pouvoir réussir, qui le fera? Le succès dans la vie ne signifie pas que vous n'échouerez pas, mais cela signifie que vos erreurs vous apprendront quelque chose et vous montreront une meilleure façon d'obtenir ce que vous voulez.

Soyez positif
Les gens ont toujours peur de ce qu’ils ne savent pas. Si vous avez peur de quelque chose, il vous suffit de vous renseigner à ce sujet. C'est comme entrer dans une pièce sombre. Au début, vous avez peur et vous ne savez pas à quoi vous attendre, mais une fois que vous allumez la lumière, tout devient clair et simple.
Les pensées négatives sont comme un engrais pour la peur et le doute de soi. Éloignez-vous des personnes négatives et vous réduirez la quantité de négativité dans votre vie au moins de moitié. Pratiquez la gratitude quotidienne, notez tous les événements positifs de votre vie, pratiquez la pleine conscience et vous remarquerez comment votre attitude négative commencera à fondre.

Vous êtes dans le Grand Tout
Rappelez-vous continuellement que vous faites partie de quelque chose de plus grand que vous. La peur va souvent alimenter le fait de se soucier de l’incertitude, de se sentir hors de contrôle et de se demander quel est le but de votre vie. Lorsque vous réalisez que vous faites partie d'une entité plus grande, même si vous ne comprenez pas complètement ce que c'est, il est plus facile de vérifier tout ce que vous méritez, que vous pouvez réussir et avez le droit d'être heureux. Faites de bonnes actions, aidez les gens autour de vous, faites "d'être" une bonne personne une priorité, et vous savez que ce n’est pas seulement pour vous, mais aussi pour l’ensemble de la "vie". Ces pensées donnent toujours le courage d'essayer quelque chose de nouveau et de croire que la vie est réussie grâce à l'action, pas au résultat.

Prenez le temps de trouver votre authenticité
En savez-vous beaucoup sur vous? Je suis sûr que vous essayez, et je sais que vous faites de votre mieux pour faire ce que vous avez à faire. Mais savez-vous qui vous êtes? Savez-vous ce qui vous rend heureux? Connaissez-vous vos passions? Prenez-vous le temps de réfléchir à votre vie et de comprendre votre objectif dans ce monde? Malheureusement, la plupart d'entre nous sont tellement pris dans des responsabilités et des objectifs que nous oublions de profiter de notre vie. Peu importe à quel point vous êtes occupé, vous devez prendre du temps pour vous. Cela peut prendre seulement 10 minutes par jour, mais ce temps doit vous appartenir. Si vous vous donnez le luxe du temps libre, vous remarquerez que le reste de vos responsabilités deviendra plus facile.
Vous serez un meilleur parent. Vous pourrez proposer des idées créatives au travail (et enfin obtenir cette promotion.) Vous pourrez mieux prendre soin de votre santé. Vous réduirez votre stress et vivrez la joie de vivre.

Créez votre bibliothèque de réussites
Parfois, lorsque nous perdons confiance en nous, nous avons juste besoin d'un peu d'inspiration pour nous pousser dans la bonne direction. Il existe de nombreuses façons de trouver l'inspiration, mais nous les oublions lorsque nous en avons le plus besoin. Créez une bibliothèque de citations, enregistrez des articles et des histoires de réussite qui vous ont inspiré, créez une bibliothèque de films et de vidéos inspirantes, ou créez un album de vos souvenirs amusants et heureux. Tournez-vous vers cette bibliothèque chaque fois que vous avez des doutes.

Pour conclure
Vivez en équilibre. Peu importe à quel point le bonheur peut vous sembler important, il est toujours important de le suivre avec équilibre - sinon votre voyage vers la réussite se transformera en obsession qui ruinera tout ce que vous aimez vraiment dans la vie. Le bonheur n'est pas une destination. C’est un voyage, et il est important que nous prenions chaque étape en nous sentant enracinés et équilibrés. Passez du temps avec vos proches, profitez de votre passe-temps ou suivez votre passion, prenez soin de votre santé et grandissez spirituellement. C'est le sens de la vraie réussite, celle que vous ne pouvez atteindre qu'en équilibre. Vous pouvez réussir. C'est votre droit et votre but dans la vie de vous accomplir dans tout ce que vous faites. Si vous y croyez, rien ne vous empêchera jamais de vivre une vie équilibrée et heureuse.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Je ne veux pas avoir d'enfant

C'est le genre de déclaration qui provoque une totale incrédulité. Bien souvent, il est commun dans ces cas là, par certaines personnes en société, de mettre fin à la conversation, laissant derrière elles des visages confus et des mâchoires tombantes. Surtout si ce discours vient d'une femme. Ou alors on finit par avoir une réponse du type: "vous finirez par changer d'avis". Certains décident de ne pas avoir d'enfant par choix et malgré la confiance dans leur décision, les concernés sont constamment minés par l'incapacité de la société à séparer les femmes, les couples, de la procréation et donc de la maternité. Les hommes aussi dans leur rôle de père, mais sociétalement c'est moins "choquant"... Peut être parce que la société est habituée au fait que les pères historiquement s'investissent moins dans l'éducation des enfants, ou démissionnent plus facilement de leur rôle... Simple théorie...

Une étude statistique indique que dans le courant de la prochaine décennie, le nombre de couples sans enfants dépassera le nombre de couples avec enfants. Cela signifie que davantage de femmes, d'hommes et de couples choisissent de ne pas avoir d'enfants. Selon certains, ces personnes sont souvent qualifiées à tort d'égoïstes, de superficiels et d'immatures.

Pourquoi des femmes ou des hommes choisissent de ne pas avoir d'enfants
Le Dr Krupka définit cela comme un individu qui décide consciemment qu'il ne veut pas avoir ses propres enfants. "Cela ne signifie pas qu'il ne veut pas être coparental, ou belle-mère (beau-père), ou aider ses amis avec leurs enfants ou être tante ou oncle, marraine ou parrain, mais cette personne a pris une décision consciente qui n'est pas basée sur l'infertilité ou le hasard ou des circonstances indépendantes de sa volonté."
Et plutôt que d'être une simple question du coût d'avoir un enfant, de ruiner son corps par la grossesse, ou le fait que d'éduquer des enfants peut être un travail difficile, le Dr Krupka explique que les femmes et les hommes refusent aujourd'hui les normes ridicules concernant la maternité, et il y a notamment une critique sociale intense des femmes (ou couples) déjà parents.

La recherche montre que les raisons pour lesquelles des personnes choisissent de ne pas avoir d'enfants sont multiples et complexes. La surpopulation et le changement climatique, le manque d'instinct maternel/paternel, les problèmes de santé, ou le désir d'indépendance et de liberté ne sont que quelques exemples. "Il y a cette supposition que vous êtes égoïste parce que vous avez choisi de ne pas avoir d'enfants", explique Tory Shepherd, qui a publié un livre sur sa décision de rester sans enfants. "Et il y a peut être quelque chose comme ça dans ce que la société en pense, parce que si vous avez des enfants, vous devez tout leur donner. Mais alors, si vous avez un enfant juste pour qu'il s'occupe de vous quand vous serez plus vieux, c'est assez égoïste aussi..."

undefined

N'ayez pas peur de choisir une vie sans enfant si c'est ce que vous voulez
Donc, vous ne voulez pas d'enfants. Vous n'êtes ni le (la) premier(e) ni le dernier(e) à ressentir cela. Choisir une vie sans enfants. C'est un choix comme un autre. Et cela va parfaitement.
Vous êtes quelqu'un qui ne veut pas d'enfants, mais en même temps, vous avez peur de regretter votre décision à l'avenir. Si tel est le cas, vous n'êtes pas seul et vous n'êtes pas fou de ressentir cela. Toutes les personnes qui ont décidé de ne pas avoir d'enfants se sont finalement demandé la même chose. Voici les plus importantes questions que la plupart des personnes qui ne veulent pas avoir d'enfants se posent.

Craindre un regret futur
Cette peur pour quelque chose qui vous semble juste présentement est un signe que vous ne vous faites pas confiance. Cela peut paraître idiot, mais quand on y pense, c'est plus que vrai. Vous inquiéter de ce que vous ressentirez dans quelques années signifie que vous ne croyez pas en vous aujourd'hui. Lorsque vous vous demandez si votre décision actuelle concernant une expérience future est juste, vous refusez essentiellement d'écouter votre voix intérieure. Et votre voix intérieure a toujours raison.

La pression de la société
Le regret est quelque chose de très constant dans nos vies. C'est une émotion négative qui nous empêche de prendre une décision ou, dans certains cas, apparaît de nulle part et nous fait changer d'avis à ce moment précis. C'est un sentiment qui nous a toujours rendus coupables de certaines choses. Mais ce qui est important à comprendre, c'est que ce sentiment ne vient pas toujours de nous. Dans la plupart des cas, c'est un sentiment qui est déclenché par les attentes et les pressions de la société.

Ne pas s'autoriser à comprendre le bonheur
Beaucoup de femmes (hommes) qui ont décidé de ne pas avoir d'enfants prennent cette notion très au sérieux. Surtout basé sur la croyance qu'il n'y a pas d'autre moyen de trouver le bonheur que de le faire naître un enfant. Et bien, en fait, le bonheur ne fonctionne pas de cette façon, ce serait trop simpliste. Le bonheur existe, mais seulement en nous-mêmes. Vous pouvez donner naissance à 10 enfants, mais si vous n'êtes pas satisfait de vous-même en premier lieu et que vous ne savez pas où vous en êtes dans la vie, vous ne comprendrez toujours pas le bonheur.

Ne pas laisser votre peur d'un regret futur vous garder en otage
N'adoptez pas un point de vue étroit. Votre mental comprend pas ce que signifie vraiment être humain. Quelles sont vos options dans la vie. Il n'est vraiment pas juste de dire que les personnes qui n'ont pas d'enfants ont un grand vide dans leur vie. Ce n'est pas vrai. Vous pouvez avoir beaucoup de passions, et beaucoup de relations avec des gens sans avoir d'enfants. Vous avez un million d'occasions de trouver la bonne voie pour vous, de vous réaliser, et qui n'a rien à voir avec la parentalité. Au lieu de nous inquiéter de savoir si vous avez fait le bon choix, vous devez vous concentrer sur la façon de tirer le meilleur parti de vos choix.

Ne pas craindre votre propre évolution
Le regret futur de ne pas avoir d'enfants est en d'autres termes, sous-estimer l'expérience et la sagesse de votre moi plus âgé. Comme je l’ai dit précédemment, c’est choisir de ne pas se faire confiance. C'est vrai, la sagesse ne vient pas toujours avec l'âge, mais dans la plupart des cas, c'est le cas. Ce qui ne nous amène qu'à cette conclusion.... La peur des regrets futurs indique que vous doutez, que vous serez assez fort et sage pour faire face aux défis de la vie.

Pour conclure
En fin de compte, le questionnement est inévitable, mais c'est un rappel que nous sommes en effet des êtres humains très émotionnels. Il ne sert à rien de s'inquiéter de toujours faire le bon choix. La meilleure chose que vous puissiez faire est d'assumer la responsabilité de vos actions et de tirer le meilleur parti de nos choix.
Et puis à l'inverse ne vous trompez pas non plus! Un enfant ne vient pas au monde pour réaliser vos rêves. Il n'est pas né pour être ce que vous n'avez pas pu être... Il est né pour être lui-même. Laissez-le s'envoler et rêver pour qu'il puisse être heureux d'être lui-même.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Améliorer la flexibilité cognitive

Adapter, innover, se ré-inventer. Ces traits sont souvent associés à de grands leaders, entrepreneurs et inventeurs. Il existe cependant un fil conducteur qui les relie tous, et c'est ce qu'on appelle la flexibilité cognitive, et c'est dans la nature ce qui permet à un organisme, ou un animal de s'adapter avec une très grande facilité à un nouvel environnement, un nouveau contexte. Malgré cette similitude, il existe une différence majeure. Une plus grande proportion de ces individus, ou organismes, semblent avoir une abondance de flexibilité cognitive par rapport aux autres, ce qui leur permet de survivre dans de nouvelles conditions.
Avant d'explorer ce que nous pouvons faire à ce sujet, expliquons ce qu'est la flexibilité cognitive, décrire comment d'autres espèces démontrent ce comportement et pourquoi présenter ce comportement est avantageux en terme d'évolution et dans la vie. D'une manière générale, la flexibilité cognitive consiste à se déplacer entre différentes tâches simultanément, à appliquer des concepts d'un contexte à la résolution d'un problème dans une autre situation non liée ou nouvelle. Il s'agit également d'évaluer des stratégies et de générer de nouvelles solutions. Cette capacité est généralement considérée comme faisant partie de la fonction exécutive du cerveau.

Comment savons-nous que d'autres espèces ont cette capacité et le démontrent à un degré plus élevé?
Nous pouvons nous tourner vers une étude récente de Watzek (2019). Ils ont conçu un projet simple, mais élégant, conçu pour comparer les niveaux de complaisance cognitive (paresse) des singes capucins et des singes rhésus avec ceux des humains. Tous les participants ont appris une séquence d'étapes qui ont mené à une récompense. Après avoir appris cette séquence, une stratégie alternative et nettement plus efficace leur a été présentée. Immédiatement, 70% des primates non humains (des deux espèces) ont choisi la nouvelle approche, contre seulement 1 seul humain, soit un maigre 1,7%.
Finalement, nous, les humains, avons compris, non? Non. Au lieu de rattraper nos cousins ​​primates, où 100% des individus ont intégré la nouvelle tactique plus ingénieuse, 61% des humains n'ont jamais utilisé le raccourci. Pas même après avoir vu un autre humain le faire dans une vidéo! Qu'est-ce que ça veut dire? Cela signifie que la plupart des humains sont assez mauvais pour prendre des décisions optimales. Il semble qu'une fois que nous apprenons quelque chose dans un sens, nous nous y tenons même s'il existe une approche plus rapide, meilleure et plus efficace. Pire encore, nous sommes très résistants au changement, refusant d’adopter des innovations qui vont à l’encontre de nos connaissances existantes. Bref, nous sommes incroyablement biaisés, et nous n'apprenons pas des leçon de l'existence.

undefined

Vous vous demandez peut-être quel est le problème?
Une plus grande flexibilité cognitive confère un ensemble important d'avantages, notamment la possibilité d'acquérir et d'intégrer rapidement de nouvelles informations, de résoudre les problèmes de manière plus créative, d'ajuster rapidement les réponses aux conditions changeantes et d'inhiber le comportement automatique. Tous ces avantages permettent à ces personnes (grands leaders, entrepreneurs et inventeurs...) de surpasser les autres dans diverses circonstances (sociales, universitaires, politiques, commerciales, etc...)
Si la flexibilité cognitive est précieuse et que la majorité d'entre nous ne réussit pas dans le contexte de l'adaptabilité, pouvons-nous y faire quelque chose? Heureusement, oui, nous ne sommes pas liés par notre rigidité et notre biais, même si la trajectoire de développement est quelque peu solidifiée par la fin de l'enfance ou le début de l'adolescence. Comment le savons nous? Certaines de ces informations viennent de rats. Les rats sont vraiment spectaculaires, qu'il s'agisse d'une énorme capacité d'empathie, d'amitié ou d'équité, il ne semble pas y avoir de fin aux leçons que nous pouvons apprendre des rats - y compris comment augmenter et renforcer la base neurale pour la flexibilité cognitive.
Dans une étude fascinante, Crawford(2019) on a appris aux rats à conduire de petites voitures et les rats, à leur tour, ont beaucoup appris aux scientifiques. Tout d'abord, l'apprentissage d'une nouvelle compétence peut être stressant. Deuxièmement, une fois que les rats ont appris les bases, ils ont accepté plus de défis, pas moins. Troisièmement, après que les rats ont maîtrisé la tâche, leur niveau de stress a baissé. Quatrièmement, ces rats qui avaient un environnement plus riche avec un ensemble diversifié de jouets et d'opportunités apprenaient plus vite et étaient de meilleurs conducteurs. Et enfin, être passager est tout aussi stressant pour les rats que pour les gens!
Ce que cette étude et d'autres font nous démontre des idées clés sur la façon d'améliorer notre flexibilité cognitive, ce qui nous rend finalement plus résilients, créatifs et confiants.

Faites quelque chose que vous savez faire, mais faites-le différemment (et souvent)
Si nous pensons aux rats qui conduisent leur voiture, nous pouvons facilement voir comment nous pouvons appliquer cela à nos propres habitudes de conduite. Êtes-vous déjà rentré du travail ou êtes arrivé là-bas sans vous souvenir comment vous y êtes arrivé? Avez-vous eu besoin de faire une course qui vous aurait éloigné de votre chemin et aurait fini à la maison?
Nous avons tous des routines et elles nous apportent un sentiment de prévisibilité et même de confort. Cependant, les routines peuvent devenir des ornières, diminuant nos capacités cognitives. Pour éviter cela, vous devez secouer les neurones. Pour la conduite, cela peut signifier rentrer chez soi d'une manière différente. Cependant, cela pourrait facilement être autre chose, comme essayer de nouveaux aliments, changer l'heure de la journée où vous vous entraînez, même assis sur une nouvelle chaise. Cela ne doit pas être spectaculairement différent, juste différent.

Poursuivez de nouveaux défis et expériences
Si les rats peuvent apprendre à conduire, nous, les humains, pouvons certainement apprendre à faire quelque chose de nouveau. Comme les rats, c'est encore mieux si vous combinez l'apprentissage mental et physique. Par exemple, la danse, les arts martiaux, la boxe et la peinture mettent tout votre corps et votre esprit au défi de travailler ensemble pour apprendre une nouvelle compétence. Vous pouvez également apprendre une nouvelle langue, changer d'emploi ou voyager dans un nouvel endroit. Encore une fois, il n'a pas besoin d'être grandiose et vous pouvez combiner facilement, en découvrant une partie de votre ville avec laquelle vous n'êtes pas aussi familier et manger dans un nouveau restaurant. Soyez créatif.

Rencontrez de nouvelles personnes
Un autre comportement où nous convergeons avec d'autres espèces est que nous avons tendance à aimer les gens qui nous ressemblent davantage, les oiseaux d'une couleur de plume par exemple. Cependant, la recherche est claire. Plus vous vous exposez à différentes personnes et à leurs opinions, cultures et idées, non seulement votre flexibilité cognitive s'améliore, mais aussi votre boussole morale sur le bien et le mal. En effet, les espèces qui présentent moins de biais cognitifs, ont également une capacité beaucoup plus forte de raisonnement moral et d'équité. Un exemple, encore une fois chez les rats, est que les rats ont tendance à voir tous les autres rats comme plus similaires à eux-mêmes, tandis que nous, les humains, tenons fermement à nos tendances de groupe. La solution? Parlez à de nouvelles personnes, échangez des idées et des informations, ou aidez simplement d'autres personnes en faisant du bénévolat.

Pour conclure
À la fin de la journée, saupoudrer votre vie de quelques activités conçues pour vous mettre au défi et vous sortir de votre zone de confort améliorera votre capacité d'adaptation, diminuera votre anxiété et votre stress et élargira votre perspective. Alors allez-y et soyez à l'aise d'être mal à l'aise. Qui sait ce que vous découvrirez...
Ce qui est évident, c'est que le contexte actuel va nous demander de nous adapter, de voir les choses sous un angle différent, de faire différemment, consommer autrement, revoir nos priorités de survie... Et ces études démontrent que l'être humain n'est clairement pas le plus doué pour cela, et on voit bien dans les derniers temps les exemples de rigidités mentales adoptées par la société, dans certaines professions etc... "On n'a jamais fait comme ça", "on peut pas faire autrement" et j'en passe d'autres qu'on a entendu... Bref, si nous restons aussi rigides que cela mentalement, dans notre société, c'est carrément notre civilisation, notre race humaine qui est en péril... Les organismes (animaux, bactéries, virus...) sont habitués à survivre par la sélection naturelle générée du fait même de l'existence, depuis la nuit des temps... Car dites-vous bien que la nature a toujours le dernier mot...

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Les clés d'une vie menée en accord avec Soi

Il n'y a pas de "grand secret" sur la façon de vivre votre vie. Chaque vie a sa propre histoire et elles sont toutes différentes et uniques. Nous n'avons pas besoin d'une vie entière pour apprendre ce qu'il y a de plus important! Mais malheureusement, nous oublions de vivre chaque jour au maximum. Nous nous retenons de manger ce cookie parce que nous avons pris un peu de poids. Nous nous jugeons pour avoir pris une décision alors que, en fait, nous n’avons que cette vie et cette chance de vivre heureux. En écrivant ceci, j'arrive à la conclusion qu'en fait, j'ai aussi oublié certaines des leçons de vie les plus simples et pourtant si complexes. En voici donc les plus essentielles, et j'espère que vous serez prêt(e) à les intégrer à votre vie.

Ici et maintenant
C'est tellement bateau et répété partout, je sais, mais c'est la première clé, elle est d'une évidence flagrante, mais dans notre société, c'est la plus difficile à mettre en place, réellement, vraiment! Le moment présent, alors soyez présent à 100% dans le moment que vous vivez. Nous nous asseyons souvent dans un café, buvons du café avec nos amis, quand soudain, nous nous éteignons. Notre esprit commence à voyager dans les soucis d'hier, dans ce que demain apportera, et nous commençons à perdre le "maintenant", nous oublions que le café se refroidit et que la conversation s'éloigne. Écouter nos amis quand ils parlent, répondre et être dans la conversation.
Y a-t-il quelque chose que nous pouvons faire pour changer le passé? Non. Peut-on savoir avec certitude ce que l'avenir nous réserve? Non. Ce que nous pouvons faire, c'est être présent dans le présent, car c'est ici et maintenant que vous élaborez votre futur. Si vous n'êtes pas vraiment "bien" dans le présent en étant totalement objectif de ce que vous vivez, ce que vous entendez, comprenez, analysez... Comment voulez-vous vous construire un avenir, basé sur l'absence dans le présent tout en espérant que comme par magie tout aille mieux demain? Ne fuyez pas le présent, mais saisissez bien le moment présent!

undefined

Un cœur heureux est le résultat d'un cœur reconnaissant
À quand remonte la dernière fois où vous avez pris un moment pour être reconnaissant de quoi que ce soit? Nous avons tous ces appareils - connexion à Internet, connexion à notre famille et à nos amis à travers le monde. Nous avons de l'eau à boire tous les jours et de la nourriture à partager avec nos proches. Et nous avons nos animaux de compagnie qui sont impatients de nous voir après notre longue journée de travail, mais nous n'avons pas un seul instant pour être reconnaissants.
Essayons d’aménager quelques minutes dans notre journée et reconnaissons tout dans notre vie. Avoir ces quelques instants est une bénédiction, alors commencez à apprécier ce que la vie vous donne.

Vous devez prendre soin de votre santé physique et mentale
Alimentation saine, sommeil suffisant, exercice régulier, gestion du stress, contrôles médicaux réguliers, vie sociale, méditation, massages, marche ou randonnée - faites-vous une de ces choses?
Prendre soin de votre bien-être est essentiel à votre croissance. Trouvez le temps de manger au moins une pomme par jour, ou au lieu de vous asseoir sur une chaise et de boire votre café dans un lieu bruyant avec votre ami, faites-en une activité et promenez-vous dans le parc le plus proche, avec votre café et votre ami...

Tout n'est pas une priorité
Notre plus grande crainte ne devrait pas être d’échouer, mais de réussir dans des choses qui ne nous importent pas vraiment. Nous nous donnons des missions et malheureusement elles ne nous remplissent pas, nous alimentent pas, mais nous prenons tout de même tellement de notre temps pour cela. Avez-vous essayé de séparer ce qui est bon pour vous et ce qui est important de toutes les petites choses qui parasitent votre temps?
Nous ne pouvons pas tout faire en même temps et c'est très bien. Mais nous pouvons faire quelques petites choses et les maîtriser, et en plus des choses qui nous sont réellement positives et nous permettent d'avancer.

Le surmenage est le fléau du 21e siècle
Travailler longtemps et durement ou travailler qualitativement? Ne vous méprenez pas, j'admire le travail acharné, mais en ce qui concerne notre santé, il est dangereux de prioriser les heures de travail sur la qualité du travail. Tout se résume à l'équilibre. Je vous conseille donc de vous mettre en place pour un horaire de travail plus sain et plus productif. N'épuisez pas trop votre corps et votre esprit, sauvez-les, rechargez-les et nourrissez-les.

Vous gagnerez en confiance lorsque vos actions rencontreront votre Être
Nous parlons tous de quel genre de personne nous sommes, de ce que nous allons faire ensuite ou de ce que nous allons changer dans notre vie, mais combien d'entre nous agissent et respectent leurs propres mots? Nous continuons à nous consoler avec des paroles, mais l'action est ce qui nous définit. Nous parlons à nos proches des choses que nous allons faire, mais les faisons-nous réellement? Essayez de vous poser cette question et vous serez choqué par le peu de mesures que nous prenons. N'oubliez pas, soyez toujours à la hauteur de vos paroles.

Pour conclure
Un bon voyageur aime le voyage, pas la destination. Nous nous précipitons tous pour faire avancer les choses. Nous voulons atteindre un objectif final et nous courons vers lui. Nous nous concentrons sur les objectifs finaux et non sur l'amour du voyage qui nous y mène. Mais, nous devons aimer ce que nous faisons pour le faire. Parfois, c'est bien de s'arrêter et de sentir les roses, après tout, Rome n'a pas été construite en un jour, non?

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales
Accueil ← Billets plus anciens