Le BLOG by Clément
clément voyance blog

La métacognition

C'est quoi ce mot barbare? La métacognition c'est l'art de "penser à ses propres pensées"
Concrètement, la métacognition consiste à avoir une activité mentale sur ses propres processus mentaux. Si l’on réduit souvent cette aptitude au fait de “penser à ses propres pensées”, il s’agit là d’un superbe moyen de développement personnel.

undefined

Travailler sur ses propres facultés cognitives
Le terme "métacognition" comporte le préfixe "méta" (sur ou à propos) et le mot "cognition". Ce dernier concerne les processus mentaux permettant de distinguer l’humain des autres espèces animales – principalement l’intelligence et le savoir. Ainsi, la cognition donne les moyens de raisonner, de mémoriser, d’apprendre, et bien sûr de s’exprimer. Lorsque l’on parle de métacognition, il est alors question de devenir capable de reconnaître les processus cognitifs. Cette faculté est très intéressante puisqu’elle permet d’améliorer la qualité de l’apprentissage et de la transmission du savoir.

John Flavell est un psychologue du développement spécialisé dans le développement cognitif des enfants. Dans les années 1970, l’intéressé popularise la notion de métacognition. Néanmoins, ses origines remonteraient à la Grèce Antique et au célèbre philosophe Aristote. Ces dernières années, le domaine du développement personnel a pris une ampleur inégalée, si bien que certains coachs sont suivis par des millions d’adeptes. Pourtant, ces personnes n’auraient pas vraiment besoin de ce genre d’enseignement en décidant d’utiliser la métacognition. Il est simplement question d’apprendre à penser à ses propres pensées.
penser

Identifier ses forces et ses faiblesses
On identifie la métacognition comme un outil de développement personnel reposant sur trois points. Le premier est la connaissance métacognitive, se caractérisant par la confiance en ses propres facultés d’apprentissage. Ceci donne ensuite la possibilité de réfléchir à des stratégies (ou méthodes) pour optimiser l’apprentissage. Ensuite vient l’expérience métacognitive, dont le but est de percevoir les émotions et autres impressions afin d’évaluer la progression de l’apprentissage. Il s’agit d’un moyen d’évaluer la difficulté d’apprentissage concernant telle ou telle nouvelle chose. Citons également les stratégies métacognitives, donnant la possibilité d’évaluer ses propres progrès concernant l’apprentissage. Principalement, il est question de mieux gérer le travail de réflexion en prenant des mesures concrètes.

Pour conclure
La métacognition est un outil permettant l’introspection et ainsi, identifier ses propres forces et faiblesses. Elle peut donner les moyens de devenir un bon leader, d’améliorer ses interactions multiculturelles ou encore d’appréhender des codes sociétaux différents. D’une manière générale, cette aptitude permet de s’investir dans les interactions sans avoir peur des erreurs qu’il est normalement possible de commettre, ce qui peut également favoriser l’ouverture aux autres personnes.

Source - sciencepost.fr

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Souffrez-vous d'indécision chronique?

Vous avez du mal à vous décider? Vous sentez-vous mal à l'aise de prendre des décisions et d'exclure des options? Alors vous pourriez souffrir d'indécision chronique. Mais qu'est-ce que l'indécision chronique ?
Selon le dictionnaire, l'indécision chronique est l'habitude d'éviter une décision. Pour des millions de personnes, prendre une décision claire est suffocante, car elle déclenche de graves émotions liées à l'anxiété. Vous vous sentez obligé de faire un choix. Vous vous sentez stressé par le résultat possible de ce choix. Vous vous sentez piégé dans votre propre esprit.
Qu'il s'agisse de sujets simples du quotidien comme "Que dois-je porter?" ou des questions existentielles comme "Est-ce qu'il/elle est le bon?" prendre des décisions peut être incroyablement difficile. C'est particulièrement difficile pour les personnes atteintes de TOC, les perfectionnistes et ceux qui ont tendance à tergiverser.
Habituellement, les personnes aux prises avec une indécision chronique se concentrent sur le côté négatif des choses. Ils s'inquiètent trop du résultat de leurs décisions et créent des scénarios négatifs dans leur tête. Ces scénarios, qui n'ont peut-être rien à voir avec la réalité, sont parfois si stressants qu'ils développent une peur de la prise de décision.

Souffrez-vous d'une indécision ordinaire?
Il y a de fortes chances que vous ayez simplement affaire à une indécision ordinaire. Il est tout à fait normal d'avoir parfois du mal à faire des choix. En fait, rester bloqué après un burn-out et ne pas pouvoir prendre de décision est assez courant et ne conduit pas nécessairement à une indécision chronique. Ce que vous devez savoir, c'est qu'être chroniquement indécis n'est pas un trait de personnalité mais un problème de comportement. Par conséquent, vous avez la possibilité réelle de le changer, même s'il s'agit d'une tendance persistante.
Alors que certaines personnes ont du mal à prendre des décisions en général, d'autres ont du mal à faire des choix dans des domaines particuliers de leur vie. Ils deviennent très sensibles lorsqu'ils sont invités à prendre une décision sur un sujet qui les met mal à l'aise ou qui ne se sent pas en sécurité.
Pour faire face à la pression, ceux qui ont du mal à prendre des décisions tergiversent ou évitent de faire un choix en prétendant consciemment ou inconsciemment qu'il n'y a pas de choix à faire en premier lieu. Oui, votre conscience peut vous faire oublier que vous avez déjà dû prendre une décision en tant que mécanisme d'adaptation pour vous aider à gérer le stress. Quels sont les problèmes sous-jacents que vous pourriez avoir avec la prise de décision?

undefined

Éviter les risques potentiels
Avez-vous un plan d'évacuation à chaque fois qu'un ami vous demande de sortir? Avez-vous du mal à vous engager à des rendez-vous chez le médecin? Vous évitez peut-être chroniquement de faire un choix clair, craignant de vous mettre en danger. Si vous répondez souvent par les mots "Nous verrons", cela devrait vous sembler assez pertinent.

Éviter le mauvais choix
Votre peur peut également être liée au fait de faire le mauvais choix. Vous créez un scénario hautement indésirable dans votre esprit et vous vous mettez dans une situation où vous ne pouvez pas trouver le point d'échappement. Cependant, vous ne reconnaissez pas que tout est généralement dans votre tête.

Faire le meilleur choix
Vous sentez-vous souvent anxieux lorsque vous avez plus de deux options et que vous ne pouvez pas décider laquelle serait la meilleure? Faites-vous des allers-retours pour évaluer tous les avantages et les inconvénients de chaque alternative? Si vous le faites, alors vous pourriez avoir une problématique de perfectionnisme.

Faire le bon choix
D'un autre côté, vous pourriez avoir une idée claire de ce que vous voulez et que vous saurez instantanément lorsque vous le verrez. Alors vous attendez. Et vous attendez. Et vous attendez jusqu'à ce que vous obteniez ce "Eureka!", LE sentiment de délivrance. Mais vous ne l'obtenez jamais, ou très rarement, n'est-ce pas? Vous avez peut-être affaire à un TOC ou à une ambivalence, ce qui rend votre choix extrêmement difficile, car toutes les options semblent également très attrayantes et parallèlement peu attrayantes.

Peur de passer à côté
Le soi-disant "tout est possible" pourrait affecter votre prise de décision, car vous pouvez avoir le désir de regarder toutes les opportunités et de garder vos options ouvertes, afin de ne rien manquer. Vous évitez de faire un choix car vous ne voulez pas arrêter toutes vos autres possibilités. En d'autres termes, vous voulez tout. Mais vous oubliez que vous ne pouvez pas avoir tout ce que vous voulez.

Indécision "justifiée"
Certaines personnes peuvent se sentir justifiées dans leur indécision. Ils excusent leur évitement en menant des recherches détaillées ou simplement en étant, très/trop, prudents. Pour eux, il est bien plus précieux de faire le bon choix que de faire un choix rapide, ou du moins c'est ce qu'ils se disent. Peu importe le temps qu'il leur faut pour prendre une décision, ils sont prêts à subir les frustrations des autres. Ce comportement est typique des personnes atteintes de TPOC (trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive).

Pour conclure
En évitant de prendre une décision pour une raison ou une autre, vous finissez par ne rien faire. Pourquoi ne rien faire pourrait être préjudiciable? Comme vous craignez les conséquences négatives possibles d'un mauvais choix, vous oubliez le résultat de ne rien faire du tout. Parfois, la passivité peut être plus dommageable que de faire un pas dans le mauvais sens. Vous pourriez perdre des opportunités, rester coincé dans des endroits où vous ne voulez pas être ou même laisser tomber vos proches. Tout cela conduit inévitablement à un terrible auto-jugement.
Tout se résume à choisir le confort plutôt que le changement. Ne rien faire et rester où vous êtes, semble sans risque. Laisser un problème non résolu vous donne l'illusion qu'il n'y a pas de problème du tout. Cependant, en refusant d'agir, vous ne faites que retarder l'inévitable.
En outre, vous devriez également considérer comment votre indécision affecte ceux que vous aimez. Votre évitement peut être considéré comme de l'égoïsme, car vous pouvez ignorer leurs besoins uniquement parce que vous craignez de faire un choix.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Intelligence émotionnelle ou force mentale?

Il existe de grandes différences entre être émotionnellement intelligent et mentalement fort. Allons explorer les différences entre ces deux capacités naturelles, et leurs avantages dans la vie.

undefined

Intelligence émotionnelle
Au fil du temps, la définition de l'intelligence émotionnelle a changé. Selon le dictionnaire, c'est la capacité d'une personne à comprendre la façon dont les autres se sentent et réagissent et à utiliser cette capacité pour appréhender, bien juger des situations et pour résoudre ou éviter les problèmes. Même si le terme intelligence émotionnelle a été inventé pour la première fois dans les années 60, il n'est devenu populaire qu'en 1995, grâce au best-seller de Daniel Goleman - Emotional Intelligence.
Cependant, les idées de Goleman ont été mal interprétées à plusieurs reprises au fil des ans. Bien qu'il soutienne certainement que l'intelligence émotionnelle peut être très avantageuse pour les gens, il est certain que cela conduirait à de meilleurs résultats scolaires, car ces choses dépendent davantage du QI. L'intelligence émotionnelle possède cinq caractéristiques:

- Motivation interne
Un fort besoin de travail qui transcende l'argent et le statut. C'est sa vision intérieure de ce qui est vraiment significatif et important dans la vie ou la pure joie de travailler à quelque chose.

- Connaissance de soi
Le pouvoir de repérer et de comprendre en profondeur vos propres sentiments et ce qui vous anime dans la vie, ainsi que la façon dont ces choses peuvent affecter ceux qui vous entourent.

- Empathie
Une compréhension des états émotionnels des autres et la volonté de les aider dans leur souffrance émotionnelle.

- Compétences sociales
La capacité de gérer les relations et de trouver un terrain d'entente lorsqu'il s'agit de connecter avec les gens.

- Autorégulation
Rediriger les impulsions et les humeurs perturbatrices, et la capacité de réfléchir avant d'agir.

Force mentale
La force mentale est souvent confondue avec l'intelligence mentale. Le terme de force mentale est normalement utilisé lorsque les gens font référence à des athlètes ou à des personnes très résistantes dans la vie – et beaucoup d'entre eux testent vraiment leurs capacités au maximum en voyant à quel point ils peuvent endurer des efforts physiques et/ou mentaux. Cependant, la plupart des gens ne se livrent pas à des activités aussi extrêmes, de sorte que ce type de ténacité n'est pas une compétence dont la plupart d'entre nous ont réellement besoin dans notre vie de tous les jours.
Être fort mentalement, ce n'est pas être une personne dure en général. Il s'agit davantage d'être conscient de vos propres capacités, d'apprendre des expériences blessantes et traumatisantes et de vivre en harmonie avec vos valeurs morales. La force mentale a trois composantes clés:

- Régulation de la pensée
Cela implique d'apprendre à entraîner votre esprit à penser d'une manière qui vous est bénéfique. Cela pourrait signifier ignorer le doute de soi et remplacer l'autocritique en apprenant à se traiter avec plus de compassion.

- Gestion des émotions
Connaître vos émotions de fond en comble vous permet de comprendre comment elles influencent votre façon d'agir et de penser. Cela peut impliquer d'embrasser des émotions - même lorsqu'elles sont porteuses de sentiments d'inconfort - ou il peut s'agir d'agir en opposition à vos émotions lorsque ces sentiments ne vous servent pas positivement.

- Comportement productif
Faire le choix de prendre des mesures qui amélioreront votre vie, même lorsque vous avez du mal à vous motiver ou à retarder la gratification, est crucial pour devenir fort mentalement.

Pour conclure
Quelles sont les principales différences? La force mentale et l'intelligence émotionnelle s'entremêlent en fait. Cependant, la force mentale va au-delà des émotions et engage les pensées et les comportements qui affectent la qualité générale de nos vies. Heureusement, vous pouvez travailler à augmenter votre intelligence émotionnelle et votre force mentale. Et plus vous développez ces compétences, mieux vous serez performant dans tous les domaines.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

La culpabilité et comment la laisser s'en aller

Beaucoup d'entre nous, ont passé d'innombrables heures à rejouer un souvenir brûlant et coupable. La culpabilité - se sentir mal parce que vous avez fait quelque chose qui va à l'encontre de vos valeurs - est une émotion humaine primordiale. Tout le monde se sent parfois coupable. Mais certains d’entre nous se sentent plus coupables que d’autres, et pas toujours parce que nous avons fait plus de mauvaises choses. C'est pourquoi il est crucial d'enquêter sur l'origine de votre culpabilité et sur le type de culpabilité que vous ressentez. La culpabilité est un lourd bagage.
En vérité, vous ne pouvez pas avoir de culpabilité, si vous pouvez distinguer la provenance de ces sentiments, il est plus facile de voir comment vous en débarrasser.
Il existe trois types de culpabilité: la culpabilité naturelle ou le remord de quelque chose que vous avez fait ou n’avez pas réussi à faire - la culpabilité libre ou toxique, le sens sous-jacent de ne pas être une bonne personne - la culpabilité existentielle, le sentiment négatif qui découle de l'injustice que vous percevez dans le monde et de vos propres obligations impayées envers la vie elle-même.

undefined
La culpabilité naturelle
Elle sert un objectif fonctionnel et semble être liée au système nerveux. C'est une alarme interne qui vous aide à identifier les comportements contraires à l'éthique et à changer de cap. La culpabilité naturelle vous incite à appeler votre mère ou à laisser votre numéro de téléphone lorsque vous enfoncez le pare-choc d’une voiture. Selon certains spécialistes des sciences sociales, la culpabilité naturelle découle de notre capacité à comprendre les souffrances d'autrui, et c'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons des filets de sécurité mentale et des élans pour la justice sociale.
Vous faites face à votre culpabilité de ne pas appeler votre ami malade en l'appelant. Vous gérez vos remords après avoir trop dépensé. Si votre culpabilité découle de la reconnaissance de votre part dans des actes répréhensibles collectifs - l’injustice raciale ou une autre forme d’oppression d’un groupe par un autre - vous cherchez un moyen d’apporter un changement. Et si votre culpabilité vient de quelque chose que vous ne pouvez pas faire - comme la culpabilité de la mère qui travaille et ne peut pas chercher son enfant à l’école - entraînez vous à faire une analyse de votre culpabilité. Lorsque vous avez une relation saine avec votre culpabilité personnelle, vous ne vous plaignez pas de sentiments de culpabilité. Au lieu de cela, vous les utilisez comme signaux pour modifier votre comportement dès que vous le pouvez.

La culpabilité toxique
Ce sentiment est ce qui se produit lorsque la culpabilité naturelle s’aggrave. Cela se manifeste par un sentiment lancinant de mal-être omniprésent mais non spécifique, comme si votre vie entière avait quelque chose de mauvais. Ce type de culpabilité flottante est le syndrome de culpabilité le plus difficile à gérer, car il résulte de schémas persistants, logés dans votre subconscient. Comment pouvez-vous vous pardonner pour quelque chose quand vous ne savez pas ce que vous avez fait - ou quand vous croyez que ce que vous avez fait est essentiellement irréparable?
La culpabilité toxique a souvent son origine dans la petite enfance - des erreurs d'éducation que vos parents ou vos enseignants vous transmettent, par exemple, ou une immersion religieuse, en particulier celle qui enseigne le péché originel, peuvent nous donner des sentiments de culpabilité réels. Dans le principe du karma et de la réincarnation - l'idée selon laquelle les circonstances actuelles sont déterminées par des modèles de vies antérieures - considèrent la culpabilité toxique comme le résidu karmique des actions de la vie passée stockées dans notre système subtil.

Les individus éprouvent normalement une culpabilité toxique de deux manières. Tout d'abord, elle peut simplement être là, comme une saveur dans votre personnalité, un sentiment très profond, qui peut spontanément nous envahir à certains moments, vous faisant sentir mal ou indigne. Deuxièmement, il peut être déclenché de l'extérieur, que ce soit par erreur ou par suspicion. Si vous portez un sac à dos à culpabilité toxique, il ne faut pas beaucoup pour l'activer - une chute au bureau, une bagarre avec votre partenaire ou un appel de votre mère peut le faire. Dans les cas extrêmes, les gens se sentent coupable par anticipation... Il est donc important d'apprendre à reconnaître le sentiment de culpabilité toxique afin qu'il ne vous programme plus de l'intérieur.

Mais il ne fait aucun doute que la culpabilité toxique peut aussi provenir d'une accumulation cumulative de lésions spécifiques non réparées que vous avez causées dans cette vie. Lorsque vous avez accumulé quelques moments douloureux de trahison, ou que vous avez trompé un ou deux amoureux, ou même lorsque vous négligez d'appeler vos parents ou de faire suffisamment d'exercice, vous pouvez accumuler une bonne dose de culpabilité. De plus, une âme sur le chemin de l’éveil développera souvent une conscience très auto-critique. Une fois que vous commencez à vous tenir aux normes éthiques du chemin spirituel, il devient plus difficile de vous laisser aller à un comportement insensible ou nuisible. Dans le même temps, vous pouvez toujours avoir de vieilles habitudes de négligence et d'inconscience. Donc, malgré vos meilleures intentions, vous faites parfois des choses que vous savez ne pas être bonnes pour vous-même ou pour les autres et vous culpabilisez.

La culpabilité existentielle
Votre sentiment de culpabilité pourrait également être social ou politique. C'est la culpabilité que vous ressentez lorsque vous voyez des images d'animaux dans un stylo, ou que vous lisez des articles sur la souffrance au Zimbabwe, ou reconnaissez le privilège radical de votre vie par rapport à la vie de beaucoup d'autres. La culpabilité existentielle est bien réelle et même raisonnable. Pourquoi? Parce qu'il n'y a pratiquement aucun moyen de vivre la vie sur terre sans avoir un impact négatif sur les autres, que ce soit les hiboux qui ont perdu leurs maisons lorsque des arbres ont été abattus pour votre parc de bureaux; ou les plantes que vous piétinez en marchant dans la nature; ou le fait que votre enfant ait eu une place dans une grande école publique, et pas beaucoup d'enfants de vos amis. Souvent, les ressources que nous utilisons pour vivre, même pour vivre simplement, signifient que ces mêmes ressources ne sont pas disponibles pour les autres.

La société libérale moderne, avec son individualisme intense, ses familles brisées et son attitude consumériste à l’égard de la spiritualité, invite à la culpabilité existentielle, simplement parce que beaucoup d’entre nous n’ont pas appris à faire les gestes de base qui honorent la toile de la vie.
Pour compliquer les choses, lorsque notre culpabilité toxique se confond avec notre culpabilité existentielle, nous avons souvent le sentiment que nous sommes responsables de la douleur de chacun.

Pour conclure
Le processus consistant à apprendre à faire la distinction entre la vraie compassion et le sacrifice de soi inutile devait commencer par vérifier ses sentiments de culpabilité quand ils surgissent, se demander si sa douleur de ne pas réparer quelque chose était liée au présent ou au passé. Une fois cela fait, nous sommes souvent confus quant au type de culpabilité que nous ressentons. Une fois que nous pouvons reconnaître un sentiment douloureux comme culpabilité et identifier son type, il devient plus facile de travailler avec elle.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

De nombreux hommes trouvent les femmes intimidantes

Notre société est en pleine mutation, et depuis les deux guerres mondiales, les femmes ont pris une place plus importante, après des siècles de domination masculine. Première guerre mondiale, tous les hommes étaient au front et les femmes les ont remplacés, dans les champs, les usines... Bouleversant à la fin du conflit la notion de la femme dans la famille, et la collectivité. Cette tendance s'est accentuée après la seconde guerre mondiale, droit de vote, émancipation féminine, autonomie, liberté de choix quand à sa volonté maternelle, IVG pilule, etc....
Cette redistribution des rôles fait qu'aujourd'hui la femme est indépendante et n'hésite plus à s'affirmer avec panache ! Certains hommes se sentent du coup, diminués, et trouvent les femmes très intimidantes, est-ce que vous savez pourquoi? Parce que ce sont des femmes puissantes! Elles mènent leur vie de manière indépendante. Une femme est forte parce qu'elle est ambitieuse, déterminée et implacable parfois. Cette femme incroyable est dominante aujourd'hui parce qu'elle sait ce qu'elle veut et comment l'accomplir.
Si vous côtoyez, fréquentez, ou êtes en couple avec une femme comme celle-ci, alors vous êtes la personne la plus chanceuse du monde! Cependant, certains hommes - ou même certaines femmes - ne sont pas assez solides ou raisonnables pour apprécier une femme aussi impressionnante.

undefined

Les femmes puissantes exigent l'honnêteté
Ce n'est pas quelqu'un que vous pouvez facilement tromper, et si vous osez essayer, elle vous casserai instantanément. Ce ne sera pas parce qu’elle a le cœur froid, mais parce qu’elle valorise trop l’intégrité pour laisser quelqu'un lui manquer de respect en lui mentant au visage. S'il y a quelque chose que vous essayez de lui cacher, mieux vaut sortir et laisser cette idée de côté, parce que, tôt ou tard, elle le découvrira. Et quand elle le fera, elle sera blessée, même si elle ne le montrera pas. Donc, si vous vous souciez vraiment d'elle, soyez suffisamment respectueux pour la traiter avec intégrité.
Les femmes affirmées sont incroyablement perspicaces, et ne vous embêtez pas à proposer des scénarios pour la tromper, car elle peut voir à travers vos mensonges. Puisqu'elle valorise tellement l'honnêteté et qu'elle est toujours authentique, elle attend la même chose de vous. Elle ne tolérera jamais l'hypocrisie et la malhonnêteté, alors essayer de la tromper sera absolument infructueux.
Les femmes fortes aiment inconditionnellement. Elle est prête à tout faire par amour, tant qu’elle sent que cela en vaut la peine. Elle ne jugera pas, ne critiquera pas et n'essaiera pas de vous rabaisser pour qui vous êtes. Au lieu de cela, elle vous acceptera avec tous vos défauts et imperfections et elle vous aimera pour qui vous êtes. Purement, passionnément et inconditionnellement.

Les femmes fortes n’ont pas besoin d’un homme pour les protéger
Ces femmes n’attendent pas l’amour. Elles ne sont pas disposées à mettre leur vie entre parenthèses. Quand elle aime, elle aime profondément, avec une passion suffisamment puissante pour brûler le monde entier. C’est pourquoi elle ne se permettrait jamais d’attendre une personne qui ne sait pas si elle est la bonne ou qui a l’audace de douter de l’authenticité de ses sentiments.
Cher, reine de la musique pop et exemple incroyable de femme forte, a dit un jour: "Un homme n'est absolument pas une nécessité... j'aime les hommes! Je pense que les hommes sont très intéressants! Mais vous n’avez pas besoin d’eux pour vivre." En d’autres termes, si être amoureuse et avoir quelqu'un qui vous soutient et vous élève est merveilleux, les femmes qui vivent en couple n’ont pas vraiment besoin d’un homme pour se sentir complètes et accomplies. Elles ont appris à gérer la vie par elles-mêmes, donc avoir un protecteur n'est pas ce qu'elles recherchent. Au lieu de cela, elles aimeraient partager leur vie avec quelqu'un qui les comprend, les inspire à suivre leurs rêves et ne limite jamais leur esprit libre.
Toute femme qui se considère sûre d'elle-même est parfaitement consciente de son côté féminin et n'a pas peur de le montrer. Être indépendante n'empêche pas d'être tendre et délicate. En d’autres termes, si votre femme a confiance en elle et sait ce qu’elle veut, elle n’aura pas peur d’exprimer son intimité ni d’être intimidée par elle, qu’elle soit sensuelle ou purement physique.

Les femmes affirmées savent ce qu'elles veulent
Savoir ce que vous voulez est une compétence essentielle qui vous aide énormément tout au long de votre vie. Les femmes fortes en sont certainement conscientes, car elles ont une image claire de ce qu'elles veulent accomplir et, surtout, de la manière d'y parvenir. Elles n'attendront pas que quelque chose ou quelqu'un obtienne exactement ce qu'elles visent. Bien qu'elles sachent que leur détermination peut être intimidante pour certains, elles croient en elles et ne reculeront devant rien pour transformer leurs rêves en réalité.
Ces femmes fortes acceptent la vulnérabilité. Beaucoup de gens ont du mal à s'exprimer concernant leurs sentiments enfouis, douloureux et authentiques. Elles savent dans leur cœur qu'elles n'ont rien à cacher, alors au lieu de construire de hauts murs autour d'elles, elles embrassent la vulnérabilité de la plus belle des manières. De plus, chaque fois qu’elles aperçoivent une personne qui a du mal à s’ouvrir, elles font tout ce qui est en leur pouvoir pour créer un environnement réconfortant pour que cette personne se sente en sécurité et exprime ses vraies émotions. Les femmes fortes sont intenses et n’essaient pas de le cacher. Les femmes fortes sont fortes pour une raison. Elles ont traversé des centaines de défis dans leur vie. Elles ont été confrontées à la douleur, à la perte, au rejet, à la déception et à bien d'autres adversités qui les ont aidées à devenir ce qu'elles sont. Leurs cœurs ont été brisés très et trop souvent. Bien sûr, elles peuvent être intenses. Mais leur intensité est ce qui les rend si passionnantes. Cela leur donne ce quelque chose de spécial qui attire votre attention sur leur personnalité unique.

Pour conclure
Les femmes fortes font ressortir le meilleur de vous. Si vous avez une femme forte dans votre entourage, ou même mieux, si votre partenaire est une femme affirmée, vous savez à quel point elle peut être impressionnante. Sa présence porte tellement d'énergie positive que seule une minute avec elle peut égayer votre journée entière. Elle sait toujours quoi dire pour vous donner de l'espoir et vous motiver à avancer. De plus, chaque fois que vous vous sentez perdu, elle sait toujours comment vous rappeler qui vous êtes et vous donner le coup de pied dont vous avez besoin pour continuer.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Faire la paix avec son enfant intérieur

Les émotions refoulées se réfèrent à toutes les choses qu'on vous a enseignées en tant qu'enfant, celles qu'on vous a intimé de ne pas ressentir, l'enfant qui voulait recevoir de l'amour et qu'il n'a pas eu, ou des phrases du type "ne pleure pas", un parent souvent absent qui vous dit "j'ai tout fait pour toi", un enterrement auquel vous n'aviez pas pu assister parce qu'on a jugé que vous étiez trop jeune et bien d'autres encore... Le résultat c'est que vous vous avez obéi à un ordre extérieur et non pas répondu à une émotion intérieure.

undefined

Qu'est-ce que l'enfant intérieur?
Le terme "enfant intérieur" ne se réfère pas à la partie de votre cerveau réservée aux pensées enfantines, ou immatures. Bien au contraire, l'enfant intérieur existe comme l'aspect de votre pensée la plus fondamentale dans votre esprit inconscient. Cela reflète l'enfant que nous étions autrefois dans ses aspects "positifs" et "négatifs". Nos besoins non satisfaits et nos émotions d'enfance réprimées, ainsi que notre innocence enfantine, notre enthousiasme naturel et notre créativité, demeurent cachés et enfouis en nous tous, alors que cette partie de nous est d'une importance première dans nos processus de décisions, nos émotions d'adultes, nos actions, nos réactions etc...

Voici un exemple de conséquences simples issues de ce que nous apprenons de notre éducation et qui aboutissent à des sentiments de rejet à l'age adulte: "mieux vaut ne pas dire ce que je pense vraiment", "n'essaye pas d'obtenir cette promotion parce que je ne suis pas assez intelligent" et "je dois m'occuper et rendre mes parents heureux"... Il est presque inévitable que cela se produise lorsque les parents, l'éducation et la société imposent des règles et des normes pour nous "aider" à devenir des êtres humains fonctionnels. Dans les faits, il est nécessaire que cela arrive. Des contraintes sont indispensables pour comprendre les limites et grandir en tant qu'êtres humains. Cependant, le résultat est que l'enfant intérieur en vous retient toujours les tristesses, les colères, les traumatismes et les assimile comme des contraintes d'où résulte un sentiment de rejet de Soi.
Se connecter avec l'enfant intérieur se concentre sur l'apport de sentiments bienveillants à son égard, une prise de conscience afin que vous puissiez trouver les causes profondes des défis auxquels vous êtes confrontés en tant qu'adulte.

Comment soigner votre enfant intérieur blessé
Au plus profond de nous réside le souvenir des expériences que nous avions lorsque nous étions enfants. Ces souvenirs continuent de vivre et d'interagir avec le présent. Notre enfant intérieur est la source de notre vitalité et de notre créativité, et le développement d'une relation avec notre enfant intérieur aide à guérir les problèmes émotionnels qui résultent du fait que nous n'honorons pas cette partie de nous-mêmes dans notre vie d'adulte. Il y a beaucoup de pressions dans nos vies d'adulte qui menacent d'éteindre la flamme de notre enfant intérieur. Vous pouvez vous battre contre ces pressions en vous connectant avec votre source d'enfance.

1. Reconnectez-vous avec votre enfance: une façon de le faire est de "voyager dans le temps" de retour dans votre enfance. Vous pouvez le faire en faisant une liste de choses qui vous ont apporté de la joie quand vous étiez jeune. Passez du temps à rêver et revivre ces souvenirs comme s'ils se produisaient aujourd'hui.

2. Identifiez votre enfant intérieur spécifique: il existe des modèles d'enfance qui sont communs à la plupart des gens. Voyez quels schémas résonnent avec vous afin de voir ce qui se passe dans votre vie aujourd'hui. Voici quelques exemples:
L'enfant abandonné: Cet enfant intérieur émerge souvent de ne pas avoir assez d'attention de la part des parents. La problématique peut être simple, comme des parents sont trop occupés, ou être plus grave, provenant d'abus ou de négligences.
L'enfant enjoué: cet enfant est en bonne santé et souvent négligé et m’en-foutiste à l'âge adulte. Vous rappelez-vous quand vous vous sentiez enjoué et spontané, s'amusant sans culpabilité ni anxiété?
L'enfant craintif: cet enfant a reçu beaucoup de critiques et éprouve régulièrement de l'anxiété lorsqu'il ne reçoit pas assez d'affirmation.

3. Écrivez une lettre à votre enfant intérieur: vous pouvez le faire sous forme d'excuses si vous sentez que vous vivez une vie qui n'honore pas votre enfant intérieur. Ou vous pourriez écrire une lettre simple expliquant que vous souhaitez construire une relation plus forte avec votre enfant intérieur dans votre vie aujourd'hui.

4. Faites attention à vos sentiments: votre enfant intérieur est sensible et vulnérable. Il est important de prêter attention aux peurs et aux insécurités de votre enfant intérieur ainsi qu'aux joies et aux sentiments d'émerveillement qui surgissent souvent lorsque vous vous connectez avec votre enfant intérieur. Tout au long de la journée, vérifiez avec vous-même et demandez, "comment je me sens en ce moment?"

5. Soyez conscient de votre critique intérieure: l'un des plus grands défis est de se sentir comme un imbécile pour faire ce travail d'introspection. Vous êtes un adulte maintenant et vous pouvez vous sentir stupide d'essayer de vous connecter avec vos sentiments que vous aviez lorsque quand vous étiez enfant. C'est votre critique intérieur qui parle. Il est important d'écouter cette voix tout en écoutant la voix de votre enfant intérieur. Toutes ces voix méritent d'être entendues, et en les écoutant, vous leur donnerez l'espace pour façonner ce que vous ressentez aujourd'hui.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales

Les vampires sociaux et émotionnels

Avez-vous déjà remarqué comment certaines personnes éclairent une pièce lorsqu'elles entrent? Leur présence même vous remplit d'énergie et de positivité. D'un autre côté, avez-vous remarqué que parfois une pièce ne s'éclaire qu'une fois qu'une personne en est sortie? On appelle cela des vampires émotionnels, car ils sont épuisants.

On a tous constaté que les relations constituaient parfois notre plus grande perte d’énergie. Certaines relations sont positives et améliorent l'humeur. D'autres au contraire, peuvent aspirer tout votre optimisme et votre sérénité. Les vampires font plus que drainer votre énergie physique. Les plus malins peuvent vous faire croire que vous êtes indigne et impossible à aimer. D'autres infligent des dégâts avec de petites phrases pour vous faire sentir mal dans votre peau - "Mon ami(e), je vois que tu as pris quelques kilos de trop" ou "Tu es bien trop sensible!" Juste comme ça, en un instant, ils vous ont déconcerté en insistant sur des petites zones de confiance en soi, souvent déjà fragilisées.
Or en fait, ils ont tendance à être eux-mêmes très malheureux, mais font leurs dégâts en drainant par télépathie l'énergie de leur victime.

undefined

Voici pour faire simple les cinq signes les plus courant lorsque vous avez rencontré un vampire émotionnel:
Vos paupières sont lourdes et vous vous sentez prêt pour une sieste.
Votre humeur descend d'un coup.
Vous avez besoin de consommer des glucides ou des aliments réconfortants.
Vous vous sentez anxieux, déprimé ou négatif.
Vous vous sentez abattu.

Pour vous protéger, il est important de lutter contre la vidange émotionnelle de ces personnes. Les stratégies suivantes peuvent vous aider à identifier et à combattre les vampires émotionnels.

Le narcissique
Leur devise est "Moi d'abord". Tout tourne autour d'eux. Ils ont un sens grandiose de leur propre importance et de leurs droits, une grande attention, et ont soif d'admiration. Ils sont dangereux car ils manquent d'empathie et ont une capacité limitée d'amour. Si vous ne faites pas les choses à leur manière, elles deviennent punitives, freinantes à votre égard ou froides.
Comment vous protéger - Gardez des attentes réalistes. Ce sont des personnes émotionnellement limitées. Essayez de ne pas tomber amoureux(se), ou de vous attendre à ce qu'il soit désintéressé ou à aimer sans conditions. Ne faites jamais dépendre d’elles votre confiance en vous et ne leur confiez pas vos sentiments les plus profonds. Pour réussir à communiquer, la dure vérité est que vous devez montrer que quelque chose leur sera bénéfique. Bien qu'il soit préférable de ne pas avoir à faire face à ce type de comportement hypocrite fastidieux, si la relation est inévitable, cette approche fonctionne.

La victime
Ces vampires se plaignent constamment, et leur attitude de "pauvre de moi" perpétuelle, "je n'ai jamais de chance". Le monde est contre eux, c'est la raison de leur malheur. Lorsque vous proposez une solution à leurs problèmes, ils disent: "Oui, mais ..." Vous finirez peut-être par filtrer leurs appels ou à les éviter délibérément. En tant qu'ami, vous voudrez peut-être aider, mais leurs récits de malheurs vous submergent. Et au fond, ils demandent de l'aide, mais ils ne veulent pas s'en sortir vraiment.
Comment vous protéger - Fixez des limites fermes et précises. Écoutez brièvement l’ami ou le parent, puis dites: "Je t'aime mais je ne peux écouter que quelques minutes à moins que tu ne souhaites discuter de solutions." Avec un collègue, sympathisez en disant: "Je continuerai à avoir de bonnes pensées pour que les choses se passent bien." Puis ajoutez: "J'espère que vous comprenez, mais je suis déjà en retard et doit retourner au travail." Le langage corporel qui informe l'autre fonctionne aussi, tel que se croiser les bras ou rompre le contact visuel, peut aider à imposer ces limites sainement.

Le contrôlant
Ces personnes essaient obsessionnellement de vous contrôler et de dicter ce que vous êtes censé faire et ce que vous ressentez. Ils ont une opinion sur tout. Ils vous contrôleront en invalidant vos émotions lorsqu'elles ne rentrent pas dans leur propre format de règles. Ils commencent souvent des phrases avec "Vous savez ce dont vous avez besoin?" et ensuite commencent à démonter, une chose après l'autre tout ce que vous dites. Vous finissez par vous sentir dominé, humilié et abattu.
Comment vous protéger - Le secret du succès est de ne jamais essayer de contrôler un contrôleur. Soyez sainement assertif, mais ne leur dites pas quoi faire. Vous pouvez dire: "J'apprécie votre conseil, mais j'ai vraiment besoin de travailler par moi-même." Soyez confiant et ne jouez pas la victime.

Le bavard intarissable
Ces personnes ne sont pas intéressées par vos sentiments. Ils ne sont concernés que par eux-mêmes. Vous pouvez attendre parfois longtemps pour avoir une ouverture et glisser un mot à dire en passant, mais cela ne vient jamais. Ils sont pris d'une sorte de véritable diarrhée verbale... Ou bien, ils peuvent se placer si près de vous qu'ils respirent presque dans vos poumons. Vous reculez légèrement, mais ils se rapprochent.
Comment vous protéger - Ces personnes ne répondent pas aux signaux non verbaux. Vous devez parler et interrompre, aussi difficile que cela soit. Écoutez quelques minutes, puis dites poliment: "Je déteste vous interrompre, mais je dois parler à ces personnes / me rendre à un rendez-vous / aller aux toilettes." C'est une tactique beaucoup plus constructive que de dire: "Tais-toi, tu me rends folle!" Si c'est un membre de la famille, dites poliment: "J'adorerais si tu me laissais un peu de temps, pouvoir parler aussi afin que je puisse ajouter quelque chose à la conversation. " Si vous dites cela de manière neutre, ils peuvent mieux l'entendre.

Les Drama-Queen ou les tragiques
Ces personnes ont le flair pour développer de petits incidents insignifiants en drames hors normes. Sarah, une cliente, était épuisée lorsqu'elle a embauché une nouvelle employée qui était toujours en retard. Une semaine, elle a eu la grippe et "a failli mourir". Ensuite, sa voiture est tombée en panne et a été remorquée! À chaque fois que cette employée quittait son bureau, Sarah se sentait fatiguée et vidée.
Comment se protéger - Ces dramaturges ne peuvent pas puiser leur énergie raisonnablement. Restez calme et respirez profondément. Cela vous aidera à ne pas vous laisser prendre au piège de l'hystérie théatrale. Fixez des limites gentilles mais fermes. Dites, par exemple, "Vous devez être ici à temps pour garder votre travail. Je suis désolé pour tous vos incidents, mais le travail vient en premier."

Pour conclure
Bien que souvent, en apparence, bien intentionnés, les vampires énergétiques ont le besoin de rabaisser les autres et de pointer les défauts de ceux qui les entourent, ce qui sert à attiser leurs insécurités. Mais en parallèle ceci les aide personnellement à gonfler leurs propres mises en valeurs indispensables, sinon ils se rendraient compte à quel point ils sont en fait faibles, et n'ont pas confiance en eux...
Pour améliorer vos relations et augmenter votre niveau d'énergie, je suggère de dresser un inventaire des personnes qui vous donnent de l'énergie et de celles qui en absorbent. Essayez de passer du temps avec des personnes aimantes et nourricières et apprenez à fixer des limites à ceux qui vous drainent. Cela améliorera la qualité de votre vie.

© Tous droits réservés - La copie sans autorisation de tout élément, photo ou texte de ce site est interdite, sous peine de poursuites légales
Accueil ← Billets plus anciens